• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

François Faber, du podium de Paris-Roubaix aux tranchées de Mont-Saint-Eloi

Le Paris-Roubaix rend hommage à François Faber, un homme qui a marqué le cyclisme français au début du XXe siècle.

Par Quentin Vasseur

C'est à un grand personnage que le Paris-Roubaix rendra hommage samedi : François Faber, vainqueur de l'Enfer du Nord en 1913 et du Tour de France en 1909 était également un légionnaire pendant la Grande Guerre.

Franco-luxembourgeois, François Faber est né en 1887 dans l'Eure. Cycliste professionnel, il enchaîne les victoires entre 1908 (Tour de Lombardie) et 1913 (Paris-Roubaix).

En août 1914, lorsqu'éclate la Première guerre mondiale, François Faber s'engage au sein de la Légion étrangère. Il perdra la vie le 9 mai 1915 pendant la bataille de l'Artois, alors que son bataillon prenait d'assaut les "Ouvrages blancs". Son corps n'a jamais pu être retrouvé, mais il a été officiellement déclaré mort par le tribunal de la Seine, le 10 mai 1918.

Paris-Roubaix : Faber, vainqueur en 1913, mort au front en 1915


Une plaque commémorative installée en 2015 pour le centenaire de sa mort lui rend aujourd'hui hommage à Mont-Saint-Éloi.

On peut y lire que François Faber, "caporal du 1er régiment étranger, vainqueur du Tour de France 1909" est "mort pour la France le 9 mai 1915 lors de l'assaut des Ouvrages blancs."

Sur le même sujet

Les postiers de Saint-Quentin en grève

Les + Lus