Grève mondiale pour le climat : les jeunes Picards expliquent pourquoi il est urgent d'agir

Grève mondiale du climat à Beauvais vendredi 15 mars 2019 / © France 3 Picardie
Grève mondiale du climat à Beauvais vendredi 15 mars 2019 / © France 3 Picardie

Partout en France, des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans la rue ce vendredi pour défendre la planète. En Picardie, des rassemblements ont eu lieu à Amiens, Beauvais, Compiègne, Soissons, Chauny ou encore Saint-Quentin. Un seul ot d'ordre : maintenant, il faut agir.

Par Eline Erzilbengoa avec Jennifer Alberts / France 3 Picardie


Ce vendredi, les lycéens, étudiants et collégiens se sont mobilisés en France et dans le monde entier dans le cadre du mouvement Fridays for future, initié par l'adolescente suédoise Greta Thunberg, activiste qui lutte contre le réchauffement climatique. 

Des rassemblements avaient lieu dans plusieurs villes de Picardie. L'occasion pour les jeunes de prendre la parole et d'expliquer en quoi il est urgent de se mobiliser pour défendre la planète.
 

Les jeunes se mobilisent pour le climat à Soissons

 
Mobilisation pour le climat vendredi 15 mars à Saint-Quentin où une cinquantaine de jeunes étaient présents / © Zoé Thiburs
Mobilisation pour le climat vendredi 15 mars à Saint-Quentin où une cinquantaine de jeunes étaient présents / © Zoé Thiburs
 


"C'est à notre génération d'agir"


"Le gros problème aujourd'hui, c'est qu'il n'y a aucune réforme, aucun projet de loi, il n'y a rien qui est mis en place pour lutter contre ce dérèglement climatique", dénonce Fanny Del Rio, élève en Terminale S au lycée Félix Faure à Beauvais. 
 
À Beauvais, une quarantaine de lycéens ont manifesté pour le climat vendredi 15 mars 2019. / © France 3 Picardie
À Beauvais, une quarantaine de lycéens ont manifesté pour le climat vendredi 15 mars 2019. / © France 3 Picardie

"Pour moi et toutes les personnes qui sont là, c'est hors de question que l'on soit tous dans la merde, tout ça parce que le gouvernement n'agit pas. Nous ce qu'on veut, c'est des actions concrètes, c'est à notre génération d'agir", affirme-t-elle. 
 
"C'est à notre génération d'agir"
Fanny Del Rio, élève de Terminale au lycée Felix Faure à Beauvais lors de la grève mondiale pour le climat le vendredi 15 mars 2019. - France 3 Picardie  - H. Tanzit / N. Ben Ghezala

Une génération qui se sent pleinement concernée et qui pense à son avenir. "Cela nous touche, mais aussi et surtout la génération après nous, si maintenant on ne fait rien, ça sert à rien d'aller en cours et de travailler", estime Quentin, lycéen à Amiens. 
 
 

Trouver des solutions 


Des petites choses du quotidien changeraient pourtant les choses pour Aurore, étudiante en classe prépa bio. "Quand je vais en classe, je vois plein d'ordures au bord des routes, je me dis que quand même les gens pourraient les ramasser et faire attention", déplore-t-elle.
 

"Faire le tri, ne pas jeter par terre, ce sont des petites choses à faire, mais c'est important", enchérit, Marie-Amélie, étudiante en BTS pro commerce international. 
 

Énergies renouvelables, covoiturage participatif, agriculture solidaire, de nombreuses pistes de réflexions étaient abordées au forum pour le climat à la Citadelle d'Amiens ce vendredi. 

"Il faut qu'on montre que le collectif est là, il y a des solutions qui existent et ce n'est souvent pas si compliqué que cela", affirme Mylena. 
 

En déplacement vendredi à Bordeaux, Jean-Michel Blanquer a jugé "assez logique et finalement évident que la jeunesse soit la locomotive de la mobilisation sur ces enjeux." Ce vendredi, le ministre de l'Éducation nationale, accusé de "récupération" par certains chefs d'établissement, proposait d'organiser dans tous les lycées de France un débat sur l'environnement de 16h à 18h. 
 

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus