• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Grève à Ryanair : perturbations jeudi et vendredi à Beauvais, Charleroi, Bruxelles...

Un avion de la compagnie Ryanair / © PASCAL PAVANI / AFP
Un avion de la compagnie Ryanair / © PASCAL PAVANI / AFP

Au plus fort de la saison touristique, les hôtesses et stewards de Ryanair sont appelés à faire grève mercredi et jeudi en Espagne, au Portugal, en Belgique
et en Italie, conduisant la compagnie à annuler 600 vols. Beauvais ou Charleroi

Par EM avec AFP

Attention, perturbations à prévoir jeudi et vendredi dans les aéroports utilisés par les habitants des Hauts-de-France. Le mouvement de grève chez Ryanair va avoir un impact notamment à Beauvais ou Charleroi :
  • À l’aéroport de Beauvais-Tillé, 13 vols, à destination ou en provenance de l’Espagne et du Portugal, sont annulés
  • Une centaine de vols (départs et arrivées) seront annulés les 25 et 26 juillet prochains à l’aéroport de Charleroi
L’aéroport de Bruxelles n’a pas encore communiqué le nombre de vols Ryanair concernés sur son tarmac.

Cinq syndicats ont demandé aux personnels de cabine de cesser le travail dans ces pays pendant deux jours, obligeant Ryanair à contacter 100 000 passagers pour leur proposer un changement de vol ou un remboursement complet. Selon la compagnie irlandaise à bas prix, "90% des passagers concernés ont été transférés sur un autre vol".

L'Espagne, deuxième destination touristique au monde derrière la France, est le pays le plus touché. La compagnie a prévu que la grève pouvait y affecter "jusqu'à 200 des 830 vols quotidiens" qu'elle opère. Au Portugal comme en Belgique, Ryanair a estimé que le mouvement pouvait toucher 50 vols quotidiens. 

Selon l'agence Belga sur la base de sources aéroportuaires, la grève devrait toucher 23 500 passagers de et vers la Belgique : 16 500 à Charleroi
et plus de 7.000 à Brussels Airport. A Charleroi, 48 vols (aller/retour) seront supprimés à chaque jour de grève. A Brussels Airport (Zaventem),
22 vols seront supprimés mercredi et 18 jeudi.
 

Ryanair ne veut pas céder aux "demandes abusives"


La compagnie n'a pas évalué de perturbations concernant l'Italie, mais les syndicats soulignent qu'un appel à la grève y est aussi lancé. Fondée il y a 33 ans à Dublin, Ryanair a connu une croissance considérable - elle prévoit cette année un bénéfice de plus de 1,25 milliard d'euros - et se vante d'avoir des "coûts bien moins élevés par passager que ses concurrents". Mais le malaise social y est vif et les grèves se multiplient en son sein. 

Les syndicats demandent à la compagnie d'appliquer la législation de chacun des pays où elle emploie du personnel. Et ils exigent les mêmes conditions de travail pour les salariés sous contrat et les intérimaires. "A bord d'un même avion, par exemple sur un vol Madrid-Charleroi, on peut trouver quatre membres d'équipage remplissant la même fonction mais aucun ne gagne la même chose, car l'un est employé directement par Ryanair et les autres
par des sociétés instrumentales qui font semblant d'être des agences de travail temporaire: cela s'appelle de la fraude
", accuse M. Escobar.

Ce syndicaliste assure aussi que "la majorité n'ont pas de salaire de base, ce qui signifie que si tu voles zéro heure, tu touches zéro euro".
 
Ryanair, qui fait face ce mardi à un troisième jour de grève de pilotes irlandais réclamant une amélioration de leurs rémunération et congés annuels, a reconnu lundi s'attendre à d'autres grèves pendant la haute saison estivale. En effet, écrit-elle dans son communiqué de résultats trimestriels, "nous ne sommes pas disposés à céder aux demandes abusives qui mettraient en péril nos prix bas et notre modèle très efficace". 
    
    
 

Sur le même sujet

Concert : Yolande Bashing à Lille (électro)

Les + Lus