Hauts-de-France : pourquoi le FN n’a pas voté, comment Les Républicains défendent leur choix

Le nom Hauts-de-France est adopté. Le vote, ce matin, était très marqué entre d'un côté des Républicains votant ce nom à l'unanimité et de l'autre un FN faisant le choix de l'abstention. Pourquoi ce nom divise-t-il autant ?

Ce matin, le Conseil régional réuni en séance plénière a adopté un nouveau nom pour la région : Hauts de France. Avant ce vote, les lycéens de la Grande Région avaient proposé trois noms, soumis au vote des internautes jusqu’à ce jour.

Abstention

Au FN, les élus se sont abstenus de voter. Le conseiller régional Paul-Henry Hansen-Catta a critiqué les trois choix qui leur étaient soumis : "Vous proposez un nom sans racine, sans histoire, sans perspective […] Faute d'un vrai débat, nous nous en tiendrons à une position a minima. Nous aurions préféré que notre région s'appelle Picardie Nord Pas-de-Calais."

En novembre, avant son élection, le Philippe Eymery, Président du Conseil régional pour le groupe FN-RBM s’était prononcé pour le nom « Grand Nord ». L’ancienne candidate a la tête de la région Marine Le Pen, présente dans l'hémicycle au moment du vote a regretté : "C'est faire fi de l'histoire de nos territoires. J'aurais préféré conserver le nom Picardie Nord-Pas-de-Calais."


Du côté des élus FN, le nom “Flandre, Artois, Picardie” circulait également.
 

Enthousiasme des Républicains

Les élus Républicains ont voté pour Haut de France à l'unanimité. Pour Xavier Bertrand, Président du Conseil régional qui avait soutenu le nom « Hauts-de-France » avant le vote, il faut faire des concessions : « Nos régions sont mariées et comme dans un mariage, on prend un nouveau nom on peut aussi garder le sien pour une épouse. »


« On se projette dans l’avenir sans oublier notre passé », le soutient Brigitte Fourré, maire d’Amiens.

Qu'aurait voté la gauche ?

A gauche, où il n’y a pas d’élus au Conseil régional, les réactions ne sont pas unanimes. L'ancien Président de la Région Daniel Percheron s'est exprimé dans La Voix du Nord et dit craindre que le nouveau nom ne "déstabilise pour quelques années l'identité de la région".

Pascale Boistard, ancienne député PS de la Somme et Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées et de l’autonomie a déploré un « abandon » de la Picardie.
 

Au milieu du flot les sarcasmes et de déceptions sur twitter Sandrine Rousseau, porte-parole EELV marque son enthousiasme  :