Hauts-de-France : quels bons réflexes face à l'arrivée des moustiques-tigres ?

Présent depuis le début des années 2000 dans l'hexagone, le moustique-tigre a aussi pris ses quartiers dans les Hauts-de-France. Le département de l'Aisne est placée en vigilance rouge et celui de l'Oise en orange. On vous explique les risques et les bons réflexes à adopter. 

Détecté en 2017 dans l'Aisne, le moustique tigre s'implante durablement dans le sud des Hauts-de-France.
Détecté en 2017 dans l'Aisne, le moustique tigre s'implante durablement dans le sud des Hauts-de-France. © Conseil Départemental de l'Aisne

C'est officiel, le moustique-tigre est présent dans deux départements des Hauts-de-France. Déjà repéré depuis plusieurs années dans l'Aisne, le département de l'Oise vient s'ajouter à la carte publiée par le site vigilance-moustiques.com. Les deux départements ne sont toutefois pas classés au même niveau de vigilance. L'Aisne reste placée en rouge, ce qui signifie que le moustique-tigre y est implanté et actif, tandis que l'Oise est placée en orange, synonyme d'une «interception ponctuelle du moustique-tigre ces 5 dernières années». 

© Capture site vigilance-moustiques.com

Comment reconnaître le moustique-tigre ? 

Originaire d'Asie du Sud-Est, le moustique-tigre est arrivé en France à la faveur des échanges internationaux. Quelques informations permettent de le reconnaître, à commencer par sa taille. Le moustique-tigre est plus petit que son cousin, il mesure entre 5 et 8 millimètres. Deuxième élément, il possède des rayures noires et blanches sur le corps, c'est d'ailleurs pour le cela que l'on l'appelle "tigre". Enfin, le moustique tigre à tendance à piquer le jour, notamment le matin. Le site medisite a réalisé un diaporama de photographies pour le reconnaître. 

Quels risques ? Comment se protéger ? 

D'après l'institut Pasteur, l'Aedes albopictus de son nom scientifique, est vecteur de maladie comme la dengue, le chikungunya ou encore le virus zika. Il existe quelques petits conseils pour se prémunir d'une piqûre. Le premier consiste à supprimer les coupelles sous les pots de fleurs, ou à les vider réguliérement. Ou encore vider les seaux, retourner son matériel de jardin.  L'eau stagnante est un véritable paradis pour le moutisque-tigre, c'est là que ses oeufs vont se développer. Enfin, sachez que le moustique-tigre vit plutôt à l'extérieur, on le croise rarement dans les habitations. 

Dernière élément, d'après plusieurs spécialistes, il existe peu voir aucun risque de contamination à la covid-19 par un moustique. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
moustique tigre nature santé société