• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

“Il faut sauver Ascoval” : les élus unis pour faire plier Vallourec (mais les salariés n'y croient plus)

Des salariés d'Ascoval ce mardi / © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Des salariés d'Ascoval ce mardi / © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Tous les élus de la région affirment vouloir sauver Acsoval mais les salariés pensent qu'il seront impuissants face à Vallourec qui ne veut pas soutenir le plan de reprise d'Altifort. 

Par AFP

"La messe est dite": les salariés d'Ascoval à Saint-Saulve, près de Valenciennes (Nord), ont cessé le travail mardi et bloquent l'aciérie, "écoeurés par l'Etat" et par Vallourec, qui refuse d'apporter le soutien financier demandé par le groupe franco-belge Altifort, candidat à la reprise.

"On a été professionnels, dignes. Dorénavant, Vallourec ne pourra plus expédier aucun produit vers ses clients (...) Vallourec, on va l'étouffer", a lancé Bruno Kopczynski, porte-parole de la coordination, élu au CE (CFDT) à l'issue d'une table ronde à Valenciennes avec le gouvernement, les élus et les  représentants syndicaux de l'aciérie, placée en redressement judiciaire. "Vallourec reste sur sa position de croquemort. On va mettre 300 familles au chômage", a-t-il ajouté.
 

Aucun des 281 salariés ne travaillait mardi, la plupart d'entre eux se relayaient pour bloquer l'accès à l'usine. Plus d'une cinquantaine, portant pour certains des autocollants "je suis aciérie", faisaient brûler des pneus au rond-point de la zone industrielle. "Pour que l'acier coule dans nos coeurs comme le charbon coulait dans nos veines, Ascoval ne fermera pas sans combat", pouvait-on lire sur une banderole.

Le tribunal de grande instance de Strasbourg devrait statuer sur le sort de l'aciérie mercredi, ou dans les jours qui suivent. Mais selon eux, la liquidation est désormais inévitable. Vallourec a en effet annoncé lundi qu'il ne lui était "pas possible" d'apporter le soutien demandé par le candidat à la reprise Altifort, qu'il chiffre à 51 millions d'euros.
 

"Dégoûté"

"La messe est dite", a réagi Bertrand Fontaine, 44 ans, chez Vallourec depuis 19 ans. "On est dégoûtés, par Vallourec et par l'Etat. Vallourec refuse le plan de reprise d'Altifort par peur d'une certaine concurrence (...) On est complètement abandonnés", déplore Bruno Ribals, 45 ans. "Il n'y aura plus de surprise. Ce qu'il faut, c'est négocier les conditions de sortie dignes." 
 
Vallourec va tout droit vers la liquidation : 280 emplois menacés

Créée en 1975 par Vallourec, l'aciérie de Saint-Saulve, spécialisée dans les aciers spéciaux, est devenue Ascoval en 2017. Vallourec, dont l'État est actionnaire, en avait cédé 60% au groupe Asco Industries, en conservant 40% avec des engagements de commandes. Mais Asco Industries a été
placé en liquidation en février et depuis, l'aciérie attend un repreneur.

Deux candidats se sont manifestés, dont le groupe franco-belge spécialisé dans les matériaux spéciaux Altifort, qui a fait "une offre ferme" en s'engageant à faire des investissements à hauteur de 140 millions d'euros, au maintien des 281 emplois d'Ascoval et à la création de 133 nouveaux.
Mais, en contrepartie, l'entreprise demandait à Vallourec un accompagnement sous la forme du maintien du volume de commandes et des prix pendant les 18 mois suivant la reprise.

"L'État rappellera Vallourec à ses responsabilités s'il venait à Vallourec l'idée de les oublier", a promis le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Sa secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher a affirmé pour sa part: "ce n'est pas fini". "Notre responsabilité, c'est de trouver la meilleure équation de sortie", a-t-elle déclaré à l'issue de la table ronde. "Si Altifort est capable, avec notre appui, de continuer à monter un plan qui tienne la route, nous, on le soutiendra".

Des propos qui n'ont pas convaincu les élus présents à la réunion, dont le député PCF du Nord Fabien Roussel, pour qui "l'Etat est complice de ce qui est en train de se passer". "La décision (prise par le conseil d'administration) de ne pas soutenir Altifort a été prise à l'unanimité", s'est-il emporté.    Ce qu'a tenté de justifier Mme Pannier-Runacher : "la BPI (Banque publique d'investissement, actionnaire de Vallourec), son sujet c'est l'avenir de Vallourec et ses 2.800 emplois, et là, on est là pour traiter avec Altifort de l'avenir de l'aciérie d'Ascoval".
 

"Nous supplions le gouvernement d'entendre ce qui se passe ici", a lancé la sénatrice UDI du Nord Valérie Létard, pour qui il y a 1.000 emplois
en jeu, avec les emplois indirects et les entreprises en aval de la filière. 
 

Dans la soirée, M. Le Maire et Mme Pannier-Runacher ont assuré, dans un communiqué commun, que l'Etat était "prêt à prendre sa part de l'effort financier, à condition d'obtenir des financements équivalents de la part de partenaires privés", promettant qu'une "nouvelle réunion" serait convoquée "dans les prochains jours".
 

Sur le même sujet

Le film "Merci patron !" de François Ruffin a dépassé les 300 000 entrées

Les + Lus