"Des retards sont possibles" concède Eiffage

Publié le Mis à jour le
Écrit par E. P. avec AFP

Notamment à cause des nouvelles normes parasismiques. Mais qui va payer la différence ?

Ce possible retard résulterait des conséquences des nouvelles normes parasismisques décidées par l'Etat français et entrées en vigueur le 1er mai, a indiqué Pierre Berger, directeur général du groupe de BTP Eiffage en charge de la construction et de l'exploitation de ce stade.

La métropole nordiste a en effet vu son classement passer de "risque zéro" à catégorie 2, "risque faible". Or la construction de ce stade ultra-moderne de 50.283 places a commencé début 2010, en proche banlieue de Lille, avant l'adoption de ces nouvelles normes. Le Canard enchaîné évoque une facture totale qui s'élèverait désormais à 430 millions au lieu des 334 millions d'orgine. Présidée par Martine Aubry (PS), la communauté urbaine de Lille Métropole (LMCU), "ne souhaite pas prendre en charge" cette différence, estimant que c'est l'Etat qui a changé les règles, indique Pierre Berger.



Michel-François Delannoy (Lille métropole) dit non !

Les explications de Jean-Louis MANAND

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité