Des salariés de SeaFrance au ministère

Le ministre des Transports, Thierry Mariani, reçoit cet après-midi des représentants de la Scop.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Des salariés de la compagnie de ferries SeaFrance, qui portent un projet de reprise de leur société en liquidation par une coopérative ouvrière (Scop), doivent être reçus cet après-midi par le ministre des Transports Thierry Mariani, à Paris.

"C'est lui qui nous a donné rendez-vous", a indiqué à l'AFP Didier Cappelle, secrétaire général de la CFDT Maritime Nord, syndicat majoritaire chez les marins et qui porte le projet de Scop.

Cette réunion devait débuter à 14 heures, a confirmé le ministère, sans donner plus de détails sur son contenu. Elle intervient à cinq jours d'une nouvelle audience devant le tribunal de commerce de Paris, qui avait placé à la mi-novembre SeaFrance en liquidation avec poursuite de l'activité jusqu'au 28 janvier.


La CFDT interpelle Thierry Mariani le 10 décembre 2011.

Lors de l'audience prévue le 3 janvier, le tribunal de commerce pourrait dire s'il juge le projet de coopérative ouvrière viable (et confie donc les rênes de la société aux salariés) ou bien prononcer la liquidation définitive de cette filiale, lourdement déficitaire, de la SNCF.

Le projet de Scop est la seule offre en lice pour reprendre SeaFrance, qui emploie 880 personnes en CDI à Calais, et génère au moins autant d'emplois indirects. Mais il n'est pas financé, alors que la CFDT estime qu'il faudrait au moins 50 millions d'euros pour relancer l'activité.

Le ministre Thierry Mariani a fait preuve jusqu'ici d'un certain scepticisme concernant ce projet de Scop, accusant la CFDT d'être responsable de la situation dans laquelle se trouve aujourd'hui l'entreprise.

Thierry Mariani pointe du doigt la CFDT le 21 décembre 2011.

Les quatre navires de SeaFrance effectuant d'habitude les navettes entre Calais et Douvres sont bloqués à quai depuis un mois et demi, sur décision de la direction de la compagnie, qui invoquait des inquiétudes pour la sécurité. Cette mesure a été confirmée par les administrateurs judiciaires.

A lire aussi :

SeaFrance : Benoît Hamon défend la Scop

SeaFrance : "on a perdu une bataille pas la guerre"

La CFDT SeaFrance désavouée par la CFDT régionale

SeaFrance : Mariani pointe du doigt la CFDT

SeaFrance : décision le 3 janvier

Scop SeaFrance : doux rêve ou projet sérieux ?