DSK/Carlton : une "justice politique" en France ?

Débouté en appel contre son frère, un fils de Philippe de Villiers évoque le Carlton pour dénoncer le zèle des juges.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

 

Laurent de Villiers a été débouté mardi en appel à Lyon de ses accusations de viols à l'encontre de son frère Guillaume. Une décision qui rassure Philippe de Villiers, son père, eurodéputé et président du Mouvement pour la France (parti politique souverainiste), qui a toujours été partisan de lavage de linge sale en famille plutôt que dans les tribunaux.

Sur Europe1 mercredi, Laurent de Villiers n’hésite pas à relier – indirectement – cette décision et une autre : le classement sans suite par le parquet de Lille de la procédure pour viol engagée contre Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Carlton.

Il dénonce une « justice politique », qui « a peur d'aller jusqu'au bout ». « En 24 heures, on a un baron de la gauche et un vicomte de la droite épargnés par le zèle des juges de la République », a-t-il ironisé.

Concernant l’affaire du Carlton, le propos s’arrête à l’allusion. Pour ce qui est de sa propre affaire en revanche, le fils cadet de Philippe de Villiers se dit « sûr que la vérité sortira un jour », alors qu'il se pourvoie en cassation et envisage surtout un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme.

« J'ai l'habitude des injustices », lâche Laurent de Villiers, pour qui la justice française ne « pourra jamais prétendre être forte tant qu'elle acquittera le banc des accusés politiques ».

A noter que pour l'avocat du frère de Laurent de Villiers, Guillaume, a fait savoir par communiqué que ces « graves accusations » « salissent la justice » et « causent un tort considérable » à son client. Celui-ci « demande au garde des Sceaux de réparer l'outrage ainsi fait aux juges, à la justice et à cette décision, en engageant contre Laurent de Villiers les poursuites nécessaires ».

A lire aussi :

DSK : l'enquête pour viols classée sans suite

Carlton : la défense dénonce des méthodes déloyales