Cet article date de plus de 9 ans

Gervais Martel n'est plus président du RC Lens

Cette fois, c'est officiel. Martel, président depuis 24 ans, a été contraint de laisser sa place à Luc Dayan.

Le président emblématique de Lens Gervais Martel a été contraint d'abandonner la direction du club sang et or qu'il assurait depuis 1988, faute d'avoir pu racheter les parts de l'actionnaire majoritaire, et a été remplacé lundi par Luc Dayan, ancien président du club de Lille.
 

"Les conditions fixées en juin 2011 pour que Gervais Martel rachète les parts du RC Lens et redevienne majoritaire avant le 30 juin n'étant pas réunies, il a démissionné de ses fonctions de président, ce dont la banque a pris acte", a indiqué le Crédit agricole Nord de France (CANF) dans un communiqué, précisant que Luc Dayan avait été nommé président de la SASP (société anonyme sportive professionnelle) du RC Lens.

"J'avais une clause jusqu'au 30 juin pour reprendre, je n'ai pas réussi à le faire totalement, donc à partir de là, c'est le jeu. Le Crédit agricole, qui est actionnaire majoritaire, m'a demandé de présenter ma démission, et comme je suis très attaché au club, je l'ai fait très volontiers, sans aucune animosité", a indiqué à l'AFP le président historique du club nordiste.

Gervais Martel, âgé de 57 ans, était président du club sang et or depuis 1988. Sous sa présidence, le club a été champion de France en 1998 et vainqueur de la Coupe de la Ligue en 1999.

Gervais Martel n'est plus président du RC Lens

Reportage réalisé avant la décision d'hier soir 

Le club a également connu trois relégations sous l'ère Gervais Martel (1989, 2008 et 2011). La dernière en date avait contraint le président à appeler au secours le Crédit Agricole, devenu alors actionnaire majoritaire en augmentant sa participation d'environ 36 à 70% (contre 27,34% à M. Martel).


Le président lensois avait la ferme intention de reprendre la main dès cette année. Mais il n'a pas trouvé les fonds nécessaires.
 "Les dernières propositions d'apports de capitaux nouveaux formulées par Monsieur Gervais Martel ne sont que partiellement financées et ne permettent donc pas d'assurer la trésorerie de l'entreprise pour la saison à venir", a précisé lundi le CANF, ajoutant que "Gervais Martel (garderait) une option prioritaire d'acquisition du RC Lens à conditions égales, en cas d'offre émise par un tiers".

Et vous qu'en pensez-vous ?

Luc Dayan, le remplaçant

Luc Dayan, ancien président de Lille, "a été chargé de redéfinir un cercle vertueux pour le club, conciliant performance sportive et contraintes économiques nécessaires".
Luc Dayan, ancien médecin, s'est spécialisé dans la reprise de clubs sportifs (Lille, Sannois-Saint-Gratien ou encore Nantes) avec plus ou moins de succès. Il a été présenté par le CANF comme "un expert reconnu du monde du football professionnel et en particulier des clubs en situation difficile".

Cure d'austérité
Après une saison très décevante au plan sportif (12e de Ligue 2), les supporteurs du RC Lens (qui étaient en moyenne plus de 20.000 par match malgré la descente) doivent s'attendre à une cure d'austérité et à une ambition sérieusement revue à la baisse pour la saison prochaine.

"Dans l'immédiat, la Caisse régionale a décidé de mettre de nouveau en oeuvre les moyens d'éviter un dépôt de bilan", a poursuivi la banque. Elle affirme que seul son "appui financier réaffirmé à la DNCG (Direction nationale du contrôle de gestion) le 26 juin dernier, est susceptible d'assurer le maintien du club en Ligue 2 la saison prochaine".
 

La banque entend poursuivre "l'harmonisation de la politique salariale des joueurs et la poursuite de l'intégration en équipe première des joueurs issus de la formation".
En revanche, le projet de rénovation du stade Felix-Bollaert ne semble pas dans l'immédiat en danger après cette redistribution des rôles au sein du club.


"La Banque réaffirme son appui au projet de modernisation du Stade Bollaert, dont le montage est à l'étude en perspective de l'Euro 2016, sous l'égide de la région Nord/Pas-de-Calais", a indiqué le CANF.

Gervais Martel, le retour bientôt ?

"Moi, ce qui m'intéresse, c'est ce que fera demain le RC Lens et qu'on puisse bien démarrer la saison le 27 juillet", a ajouté M. Martel.


 "Ma grand-mère n'est pas cartomancienne, donc, je ne sais pas ce qui passera demain ou après-demain", a-t-il ajouté, interrogé sur un éventuel rebondissement.

Il a toutefois assuré qu'il resterait présent au sein de son club de coeur: "Pour l'instant, je reste deuxième actionnaire du RC Lens (...). Je suis tombé dans la marmite quand j'avais quatre ans, je ne vais pas à 57 ans sortir et laisser le RC Lens".


A lire aussi :

Gervais Martel restera-t-il président du RC Lens ?   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rc lens football sport