Incendies à Maretz : 3 hommes en garde à vue

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Ils ont reconnu lors de leur garde à vue avoir incendié plusieurs bâtiments publics à Maretz.

Trois hommes, dont deux frères âgés d'une vingtaine d'années, interpellés jeudi, ont reconnu lors de leur garde à vue avoir incendié plusieurs bâtiments publics à Maretz (Nord), petit village près de Cambrai, a-t-on appris vendredi auprès du procureur de la République de Cambrai.

Ils doivent être présentés à un juge d'instruction ce vendredi après-midi en vue de leur mise en examen pour "dégradation par incendie" et "destruction par incendie", a précisé le procureur, Jérôme Marilly. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire.

L'un des trois placés en garde à vue, un jeune homme de 21 ans, avait déjà été mis en examen pour l'incendie dans la nuit du 9 au 10 juin d'une bibliothèque à Honnechy (Nord), commune voisine de Maretz, puis remis en liberté.


Il a reconnu lors de la garde à vue son implication dans trois autres incendies volontaires à Maretz, celui de la mairie, d'une école maternelle, ainsi que des panneaux électoraux au cours du mois de mai, commis pour deux d'entre eux avec son frère et un ami âgé de 50 ans.

Incendies à Maretz : 3 hommes en garde à vue

Tous trois sont connus des services de police et de justice et résident à Maretz, a indiqué le procureur. 

Sous l'emprise de l'alcool

Le mode opératoire était le même pour les trois incendies: sous l'emprise de l'alcool,
les trois hommes pénétraient par effraction dans les bâtiments publics pour y voler
soit de l'alcool, soit des ordinateurs, avant d'y mettre le feu, a expliqué le
procureur.


 "Il n'y a pas de connotation politique, ni de volonté de s'en prendre à des symboles
de la République",
selon le magistrat.

La série d'incendies, commise sur fond de climat politique délétère entre la nouvelle et l'ancienne équipe municipale, avait entraîné un "climat de psychose" dans la petite commune. Ces interpellations "permettent de calmer les esprits", s'est réjoui le procureur de la République de Cambrai.

A lire aussi :

Maretz/Honnechy : la piste d'un pyromane ?