Cet article date de plus de 8 ans

Rose Mafia 2 : "un signe politique"

Gérard Dalongeville publie aujourd'hui un 2e livre sur les malversations présumées du PS dans le Pas-de-Calais.

© FNPDC

L'ancien maire d'Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville, était l'invité, hier soir, du 19/20 de France 3 Nord-Pas-de-Calais, pour parler de "Rose Mafia 2". Il s'agit du second tome de ses révélations sur les pratiques douteuses du Parti Socialiste dans le Pas-de-Calais. Le livre sort aujourd'hui, à trois jours seulement du premier tour des législatives.

"C’est un calendrier que nous nous sommes fixés avec l’éditeur", a expliqué l'ancien élu, mis en examen en 2009 pour détournement de fonds publics, usage de faux et recel de favoritisme. "Ca paraît avant le premier tour des législatives, c’est un signe aussi politique. Il y a des candidats socialistes qui sont investis dans le Pas de Calais qui sont des élus remarquables, je pense au maire de Carvin, par exemple, et d’autres effectivement qui sont exclus ou qui devraient l’être. Les électeurs trancheront".

 

Rose Mafia 2 : "un signe politique"

 

Particulièrement visé, Jean-Pierre Kucheida, le député-maire de Liévin, candidat socialiste dissident dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais, actuellement ciblé par plusieurs enquêtes sur de présumées malversations. "Rose Mafia 2" décrit notamment ses liens avec des entreprises du BTP de la région, celles qui - curieusement - remportent régulièrement la mise dans les marchés publics. Gérard Dalongeville dénonce également ses agissements à la tête de plusieurs organismes, notamment la Soginorpa, la société d'économie mixte qui gère les logements miniers.

Dans les documents publiés en annexe du livre figurent les dépenses que Jean-Pierre Kucheida a affectuées avec la carte bleue de la Soginorpa, mais aussi des échanges d'e-mails entre des reponsables de l'organisme public, qui s'inquiètent de dépenses non justifiées.

 

Rose Mafia 2 : "un signe politique" (1)

 

Gérard Dalongeville ne signe que la préface et la post-face de ce second tome dont la rédaction a été confiée à un journaliste indépendant, Martin Leprince, correspondant du journal Nord-Eclair à Paris. "On a entendu parler de diffamations, de propos mensongers", a justifié l'ancien maire d'Hénin-Beaumont. "Donc l’éditeur et moi-même, nous souhaitions prendre l’attache d’un journaliste neutre, intègre, qui puisse mener ses investigations, une enquête journalistique sur ces différents points".

"La région Nord Pas-de-Calais apparaît en tête des régions sur les irrégularités pénales dans les attributions de marchés publics", rappelle de son côté Martin Leprince. "Au-dessus même de la région PACA qui a pourtant une réputation assez sulfureuse en la matière".

Le premier volume de "Rose Mafia", sorti en début d'année, s'est vendu à 30 000 exemplaires, dont 15 000 dans le seul département du Pas-de-Calais.

A lire aussi :

"Rose Mafia 2" : Dalongeville entre en campagne
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
littérature parti socialiste