Somme: des traces d'ions perchlorates dans l'eau ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gontran GIRAUDEAU
© France 3 Picardie

Un examen de la situation a été commandé après la découverte de traces dans l'eau du Nord Pas-de-Calais.

Selon la Préfecture de la Somme, ces analyses, conduites par l'Agence régionale de santé, ont débuté il y a quelques semaines dans la Somme, compte-tenu de la proximité géographique du Nord-Pas-de-Calais et de l’histoire du département.

Les premiers résultats seront confirmés dans le courant de la semaine prochaine.

Au-delà de ces premiers résultats, une analyse complète de la situation sur le département de la Somme est en cours de réalisation par l’ARS.

544 communes touchées dans le Nord Pas-de-Calais

Des arrêtés de restriction sur la consommation d'eau du robinet pour les nourrissons et les femmes enceintes sont prévus dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, a annoncé mardi le préfet du Nord lors d'un point presse à Lille.

"Il y a une suspicion d'un problème de santé publique (...) mais on n'est pas dans une situation de crise sanitaire", a déclaré le préfet délégué à la sécurité Christian Chocquet, soulignant que la décision était prise "dans le cadre du principe de précaution".

La mesure concerne 544 communes du Nord/Pas-de-Calais, après la découverte de taux de perchlorate supérieurs aux recommandations de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses).

Les perchlorates, kezako ?

Les divers sels de perchlorates peuvent être utilisés dans de nombreuses applications industrielles, en particulier dans les domaines militaires et de l’aérospatiale (propulseurs de fusées, dispositifs pyrotechniques, poudres d’armes à feu, etc).

Les perchlorates peuvent se retrouver dans l’environnement à la suite de rejets industriels, mais également dans des zones ayant fait l’objet de combats pendant la Première Guerre mondiale. Les ions perchlorates sont très solubles dans l’eau.

Quels sont les risques ?

Les perchlorates ne sont classés cancérogènes ou mutagènes par aucun organisme international. Ils interfèrent avec le processus d’incorporation de l’iode par la thyroïde ; ils peuvent donc induire une diminution dans la synthèse des hormones thyroïdiennes (TSH). C’est un effet biologique.

Les recommandations du ministère de la Santé

La Direction générale de la santé a demandé, par principe de précaution, que des restrictions de consommation soient prononcées :

    * pour les nourrissons de moins de 6 mois au delà de 4 µg/L de perchlorates ;
    * pour les femmes enceintes et allaitantes (protégeant ainsi fœtus et nourrissons) au-delà de 15 µg/L.

Pour les autres catégories de la population, il n’y a pas lieu de restreindre la consommation d’eau du robinet aux niveaux d’exposition actuellement mis en évidence.

Les travaux d’expertise n’ont pas identifié d’autres populations vulnérables (par exemple, les personnes immunodéprimées ou ayant des troubles de la thyroïde).

A lire aussi

Article "Restriction - Consommation de l'eau du robinet" sur le site de l'ARS Nord Pas-de-Calais

La fiche Perchlorate sur Wikipédia

Article "Perchlorates dans l'eau du robinet, questions/réponses" sur le site du ministère de la Santé

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.