INFOGRAPHIES. Covid-19 : les indicateurs tardent à baisser dans le Nord et le Pas-de-Calais

Publié le Mis à jour le

On compte, en date du 7 décembre, 1642 décès en hôpitaux liés au Covid-19 dans le Nord et 750 dans le Pas-de-Calais.

"Depuis quelques jours, le niveau de contamination ne baisse plus" malgré le confinement, s'inquiétait lundi soir le directeur général de la santé Jérôme Salomon, lors d'un point presse consacré à l'évolution de la situation sanitaire. "Nous avons fait de gros efforts qui ont fait fortement reculer l'épidémie. Mais depuis quelques jours, le niveau de contaminations quotidiennes ne baisse plus et reste particulièrement élevé chez les personnes âgées de plus de 75 ans."

Un taux d'incidence toujours supérieur à 100

C'est notamment le cas si l'on observe le taux d'incidence sur sept jours (soit le nombre de tests positifs pour 100.000 habitants) qui "demeure supérieur à 100, voire 150 dans de nombreux départements". Si le Nord et le Pas-de-Calais ne font pas partie des plus mauvais élèves, leur taux d'incidence n'en reste pas moins supérieur à 100, avec ce qui a tout l'air d'un "effet plateau" : au 4 décembre, dernier chiffre en date sur Santé Publique France, le taux s'élevait à 103,3 dans le Nord et 112,7 dans le Pas-de-Calais.
Côté hôpitaux, la situation n'est pas vraiment meilleure. Dans le Nord, par exemple, le nombre de patients en réanimation baisse bel et bien – 200 au 27 novembre, contre 156 le 7 décembre, mais cette baisse est lente. Idem dans le Pas-de-Calais, où l'on comptait le 7 décembre 82 patients en réanimation, contre 87 au 27 novembre.
Ce déclin progressif est visible dans le graphique ci-dessous : mis à part une baisse très importante du nombre de patients en réanimation dans le Nord Pas-de-Calais le 24 novembre (36 patients en moins), la baisse enregistrée ces derniers jours n'est pas très grande.
"Nous sommes encore loin de passer sous la barre des 5.000 cas par jour", a a indiqué lundi soir Jérôme Salomon. Impossible de dire s'il s'agit d'un plateau avant un rebond ou bien d'une baisse qui va se poursuivre. Et difficile, également, de prévoir d'éventuelles évolutions du programme de déconfinement. "Tout dépendra de l'évolution dans les prochains jours", a prévenu le directeur général de la santé.