Cet article date de plus de 3 ans

Inégalités femmes-hommes : les Hauts-de-France sont loin derrière

L'Insee a rendu publique son étude régionale des inégalités femmes-hommes, à la veille de la journée internationale de lutte des femmes.
Photo d'illustration
Photo d'illustration © France 3
C'est une lutte qui n'est pas prête de s'arrêter et qui ne se limite certainement pas à la seule date du 8 mars. Pourtant, la "Journée internationale de la lutte des femmes" est la meilleure occasion de rappeler que les inégalités n'ont pas disparu, loin de là.

Dans ses rapports régionaux publiés ce mercredi, l'Insee se penche dans les Hauts-de-France sur les "écarts marqués sur le marché du travail dans tous les départements".

L'institut part du constat que dans la région, "les femmes accèdent moins facilement au marché du travail que les hommes. Cette inégalité est plus importante qu’en moyenne nationale" et se traduit notamment par "des situations d'inactivité plus fréquentes dans la région."

Les femmes et le marché de l'emploi


Concrètement ? L'Insee se penche en particulier sur le taux d'emploi féminin, soit la part de personnes dans une catégorie d'actifs qui se déclarent en emploi par rapport à l'ensemble de la population de cette catégorie.

Les Hauts-de-France ont le plus faible taux d'emploi féminin (54,8%) de France, alors que le taux d'emploi masculin y est de 63,8%. 

Et c'est encore pire si l'on se penche sur les départements : le Pas-de-Calais est dernier au tableau avec un taux d'emploi féminin de 52% (11% de moins que les hommes). Le taux d'emploi féminin est de 54,2 % dans Nord (8,3% de moins que les hommes), de 54,7% dans l'Aisne (9,3% de moins) et et de 56,2% dans la Somme (7,6% de moins que les hommes).

L'Oise s'en sort un peu mieux, avec un taux d'emploi féminin de 60,7% (8,5% de moins que les hommes). Les Isariens sont d'ailleurs les seuls de la région à échapper à ce classement des 15 départements français au plus faible taux d'emploi féminin.


Le gouffre salarial


Et puis il y a l'écart salarial que l'Insee a mesuré : dans les Hauts-de-France, avec des salaires moyens de 1800 euros net pour les femmes contre 2200 euros pour les hommes, l'écart n'est "que" de 400 euros, l'un des scores les plus bas de France.

Mais pas de quoi se réjouir pour autant, puisque comme le souligne François Chevalier, directeur de l'Insee Hauts-de-France, "plus les emplois sont élevés, importants dans la hiérarchie, plus les écarts dans les salaires entre les hommes et les femmes sont élevés". Car si ce dernier pointe "18% d'écart de salaire en moyenne dans la région, ça peut monter à plus de 30% lorsqu'on est cadre, par exemple."

À l'échelle des Hauts-de-France, en tout cas, c'est l'Oise qui est la plus mauvaise élève avec un écart salarial de 19,4% en moyenne, suivi du Nord à 18,5% d'écart comme le montre le graphique ci-dessous.



Il y a des sanctions pour les entreprises qui ne mettent pas en œuvre l'égalité professionnelle



Y a-t-il malgré tout des raisons d'être optimiste ? La directrice régionale pour le droit des femmes et l'égalité Caroline Plesnage rappelle que "les lois sont de plus en plus appliquées. Il y a des sanctions pour les entreprises qui ne mettent pas en œuvre l'égalité professionnelle". Mais "la difficulté est de pouvoir aller vérifier tout ce qui se fait et la manière dont ça se fait" tempère-t-elle. Il y a donc encore beaucoup à faire.

Les inégalités salariales entre hommes et femmes dans les Hauts-de-France

Ci-dessous, le résumé de l'étude de l'Insee.

Inégalités femmes-hommes : des écarts marqués sur le marché du travail dans tous les départements (INSEE)



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société journée internationale des droits de la femme