INTERVIEW. Le vaccin BCG contre la Covid-19 ? "Une hypothèse à vérifier", selon un chercheur de l'Institut Pasteur

Le vaccin centenaire contre la tuberculose, BCG, pourrait protéger contre le Covid-19. Une hypothèse justifiée de manière théorique et écologique (étude sur les populations) qui demande à être vérifiée. Entretien avec Camille Locht, directeur de recherche Inserm à l'Institut Pasteur de Lille. 

Camille Locht, directeur de recherche Inserm à l'Institut Pasteur de Lille
Camille Locht, directeur de recherche Inserm à l'Institut Pasteur de Lille © DR
Qu'est-ce qui permet de penser que le BCG pourrait protéger contre le Covid-19 ?
Camille Locht : "Il est vrai que le BCG est un vaccin bactérien. Comment se fait-il donc qu'il protégerait contre un virus qui est un germe différent ? En fait, cela fait une dizaine d'années qu'on sait que le BCG stimule de manière particulière le système immunitaire. On sait par exemple qu'il protège les enfants de diverses affections respiratoires, qu'il protège contre le cancer de la vessie au stade précoce. La fille de Guérin a été sauvée par le BCG de son cancer de la vessie par exemple. On a remarqué donc que ce vaccin protégeait contre des affections virales, respiratoires ou des cancers." 

Par quel mécanisme ? 
C. Locht : "Il y a deux types d'immunités. L'une "adaptative" qui a une mémoire mais met plus de temps à réagir. Exemple, le vaccin contre le tétanos fait appel à cette mémoire. Dix ans après avoir été vacciné contre le tétanos, des cellules spécifiques se souviennent du tétanos et comment elles ont lutté contre lui. L'autre immunité est dite "innée". Rapide, mais on a cru pendant longtemps qu'elle n'avait pas de mémoire. Or, on sait désormais que ce n'est pas le cas. Cette immunité innée à une mémoire particulière qu'on appelle "entraînement". On s'est par ailleurs rendus compte que le BCG stimulait cet entraînement de l'immunité innée. Le BCG ne serait pas un vaccin spécifique contre le Covid-19, mais il permettrait de renforcer l'immunité et pourrait donc protéger contre ce virus."

Le BCG ne serait pas un vaccin spécifique contre le Covid-19, mais il permettrait de renforcer l'immunité et pourrait donc protéger contre ce virus.

Camille Locht

Est-ce que cette base théorique est validée par les faits ? 
C. Locht : "C'est une hypothèse qui n'est pas encore démontrée. Pour ce faire, il faudrait faire des études cliniques avec un groupe de volontaires divisé en deux. Un sous-groupe aurait un placebo et l'autre sous-groupe serait vacciné par le BCG. Ce genre d'étude se fait sur six mois et s'apprête à débuter en France. Exposés naturellement au Covid-19 (si les volontaires sont des soignants par exemple), les deux sous-groupes doivent ensuite être étudiés tant pour les volontaires qui développeraient des symptômes que pour les autres."
 
Camille Guérin (1872-1961) et Albert Calmette (1863-1933)
Camille Guérin (1872-1961) et Albert Calmette (1863-1933) © AFP

Remarque-t-on déjà, par pays, en fonction des "politiques" de vaccinations, que le BCG protégerait contre le Covid-19 ? 
C. Locht : "80% de la population mondiale est vaccinée contre la tuberculose. On vaccine systématiquement en Bulgarie, en Pologne, dans plusieurs pays d'Afrique et certaines études écologiques, c'est-à-dire sur les populations, montreraient qu'il y a moins de Covid-19 et moins de formes graves de Covid-19 dans ces pays. Mais il y a des contre-exemples : en France, où le vaccin n'est plus obligatoire mais recommandé depuis 2007, on peut penser que toute la population adulte est vaccinée... Et pourtant, il y a en France, des dizaines de milliers de morts du Covid-19. En Espagne, le BCG n'est plus obligatoire depuis les années 80, il y a eu beaucoup de morts du Covid-19. Au Portugal, où on vaccine davantage contre la tuberculose, il y a eu moins de morts du Covid-19. Tout cela est donc à vérifier par la science."
 
 
Le BCCCCCG
Le scientifique Camille Guérin a laissé son nom au BCG, Bacille de Calmette-Guérin, qui soigne depuis plus de 100 ans contre la tuberculose. 

Depuis 2007, l'obligation de vaccination par le BCG chez l'enfant est suspendue au profit d'une recommandation forte de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose, c’est-à-dire ceux résidant dans un bassin de forte densité de population (Ile-de-France, par exemple) ou ceux dont au moins un des parents est originaire d'un pays où la tuberculose est répandue. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter