La fromagerie Sainte-Godeleine de Wierre-Effroy décroche deux médailles au mondial du fromage

De l'or pour la mimolette, de l'argent pour le brebis. La fromagerie familiale Sainte-Godeleine de Wierre-Effroy dans l'arrière pays boulonnais, s'impose doublement au récent mondial du fromage. Les frères Bernard savourent ces récompenses, fruit de 30 ans de travail et de passion.

Les deux cocardes sont à peine visibles dans la boutique mais les deux frères Bernard ne cachent pas leur fierté lorsqu'ils évoquent ce doublé au récent mondial du fromage de Tours. La fromagerie Sainte-Godeleine est désormais auréolée d'une médaille d'or pour sa mimolette 24 mois d'affinage et une d'argent pour sa tomme de brebis : "C'est une vraie fierté, une récompense de notre travail de longue haleine puisque l'on fait cela depuis bientôt 31 ans que l'on exerce", explique Antoine Bernard rejoint par Joachim : "Cela nous oblige à continuer à être bons dans ce que l'on fait".

Primés parmi 855 produits en compétition

30 litres de lait pour fabriquer une boule de mimolette

Parmi la quinzaine de références de la fromagerie Bernard, on trouve deux familles et deux sites de production : les fromages au lait pasteurisé et ceux au lait cru. La mimolette et la tomme font partie de cette dernière catégorie. La mimolette, pate pressée, reconnaissable à sa couleur orangée prend donc sa source dans l'atelier le plus ancien. Du lait de vache collecté dans une ferme à un kilomètre, des ferments lactiques, de la présure et du savoir faire : "La presure c'est cette enzyme qui permet de coaguler le lait. C'est ce qui va permettre en une heure de passer de l'état liquide à l'état solide, c'est la magie de notre métier. On est très fier de cette mimolette qui est typiquement un fromage régional et que nous fabriquons depuis 5 ans environ", explique Antoine Bernard.

Une fois pressées, les boules de mimolette vont poursuivre leur cycle de fabrication en cave d'affinage, de 3 à 24 mois, elles vont ainsi passer d'un orange vif à une couleur plus brune et une croûte plus craquelée : "Le pari de la mimolette 24 mois était osé parce que c'est un fromage avec de l'amertume, du piquant qui peut dérouter. Cela passe ou ça casse. Et cela a plu au jury de professionnels du mondial. C'est un concours de haut niveau et nous sommes très fiers de cette récompense pour un produit au lait cru et entier", détaille encore Antoine.

Du lait de brebis de Pihen-lès-Guînes

Antoine et Joachim se sont lancés dans la production de fromage de brebis il y a deux ans environ, en privilégiant une fois encore un circuit court pour le lait. Et la médaille d'argent du mondial de Tours récompense également la carte de leur diversité. Des titres qu'ils souhaitent partager avec les salariés, une quarantaine de collaborateurs répartis sur les deux sites : " C'est un travail d'équipe et c'est une grande fierté. Il faut continuer ainsi et pourquoi pas avoir d'autres médailles sur d'autres fromages", raconte Tanguy Delalin, mouleur.

Pour prétendre à de nouvelles décorations, il faudra patienter jusqu'en 2023, date du prochain mondial. Mais les deux podiums sont déjà porteurs de bonnes nouvelles si l'on en croit Antoine et Joachim Bernard puisque cela leur a permis de toucher de nouveaux clients et de signer de nouveaux contrats.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale entreprises économie gastronomie agriculture région hauts-de-france