• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

La Redoute envisage de tirer au sort les salariés qui devront finir tard

© MAXPPP
© MAXPPP

Un tirage au sort pour désigner les salariés qui termineront le plus tard. C'est la menace brandie par la Redoute, si un accord n'est pas trouvé. Le spécialiste de la vente à distance est actuellement en pleine réorganisation du temps de travail sur le site de la Martinoire à Wattrelos.

Par @F3nord

A l'automne 2016, dans un bâtiment flambant neuf, se trouvera le futur centre de préparation des commandes de La Redoute. Les équipes y travailleront en double vacation. Fin de service après 21 heures. Le problème, c'est que pour l'instant il n'y pas assez de volontaires pour travailler sur ces horaires décalés. Si les négociations n'aboutissent pas, la direction envisage tirer au sort ces salariés. "Elle propose la chose la plus stupide qu'on ait jamais entendue : un tirage au sort, affirme Fabrice Peeters, syndicaliste CGT de La Redoute. Elle propose de jouer sur un coup de dés la vie des gens."
La Redoute envisage de tirer au sort les salariés qui devront finir tard
Avec Fabrice Peeters, syndicaliste CGT de La Redoute.

Des vacations que la direction de La Redoute juge pourtant nécessaire. Son objectif : prendre les commandes jusqu'à 20 heures les préparer dans la foulée. Pour les livrer le lendemain matin. D'où le besoin de maintenir du personnel jusqu'à 21 h 20. Les quelques salariés rencontrés ce jeudi midi y sont plutôt opposés.

Pour l'instant, les discussions continuent dans un contexte social tendu. Car à la Redoute, un plan de sauvegarde de l'emploi est toujours en cours.

Est-ce autorisé par la loi ?

Selon Jean-Paul Chapel, de France 2, ce tirage au sort envisagé est légal. "En tout cas aucun texte ne l'interdit, même si dans l'histoire récente des entreprises, à ma connaissance, ça ne s'est jamais produit. (...) La loi dit qu'il faut une égalité de traitement entre les salariés et pas de discrimination. On peut donc ce dire que le tirage au sort mets tous les salariés à égalité. (...) L'employeur a le droit de changer [les horaires], y compris jusqu'à 21 heures. L'employé doit accepter. S'il refuse, il faut un motif légitime [...] sinon il peut être sanctionné : un avertissement voire même un licenciement". 

Sur le même sujet

Le boum de la culture du lin dans l'Oise

Les + Lus