Le journal anglais The Daily Mail défend "l'acquisition" d'une vidéo des attentats de Paris

Le tabloïd britannique Daily Mail a défendu mardi "l'acquisition" d'une vidéo montrant une fusillade lors des attentats de Paris, alors que la diffusion de ces images très violentes, et le prix qu'aurait payé le journal - 50 000 euros - suscitaient des réactions indignées en France.

Le Daily Mail a diffusé sur son site internet les images des caméras de vidéosurveillance du restaurant Casa Nostra, un des sites frappés par les attaques jihadistes qui ont fait 130 morts et 350 blessés le 13 novembre dernier. "Il n'y a rien dans l'acquisition par le Daily Mail de cette vidéo qui puisse faire l'objet d'une controverse", a déclaré un porte-parole du journal dans un courrier électronique adressé à l'AFP. "Elle a été obtenue sur fond de forte compétition entre les médias français et internationaux et fournit une perspective essentielle" sur les attentats, a-t-il ajouté, sans préciser dans quelles conditions le journal a mis la main sur les images. L'achat de photos ou vidéos pour de fortes sommes d'argent, en particulier lorsqu'elles ont un caractère sensationnel, est une pratique courante au sein des médias britanniques.

Une transaction le lendemain des attentats

Selon le journaliste indépendant Djaffer Ait Aoudia, le Daily Mail aurait payé "50 000 euros" au gérant du restaurant. "Ils ont démarré à 12 000 et la négociation a été tellement énorme, ils avaient vraiment envie d'avoir ces images... Ils sont passés à 20 000, ensuite à 28 000 et au bout on s'est arrêté à 50 000 euros, cash", a déclaré le journaliste dans l'édition de lundi du "Petit journal" de Canal+. Djaffer Ait Aoudia décrit dans l'émission plusieurs séquences vidéo tournées en caméra cachée et dans lesquelles une personne, présentée comme le patron du restaurant, montre, dans la cave de l'établissement, les images de la fusillade aux journalistes du Daily Mail. La transaction a eu lieu "samedi matin (...) le lendemain de l'attentat", affirme Djaffer Ait Aoudia, qui explique également que les images de l'attaque "étaient cryptées par la police". 

Dans les images tournées en caméra cachée, la personne identifiée comme le gérant explique alors qu'un "as en informatique" va les décrypter. "Il a réussi à détourner le code et à extraire les images et à les refourguer aux journalistes du Daily Mail", dit Djaffer Ait Aoudia. "Ils ont donné la vidéo au Daily Mail, ils ont détruit le disque dur (...) à coups de matraque sur le sol. C'était la garantie dont le Daily Mail pouvait disposer pour avoir l'exclusivité sur les images parce qu'on ne pouvait pas signer de contrat officiellement", ajoute-t-il. Le Daily Mail a assuré de son côté que les images n'étaient pas cryptées, et que l'intervention de l'"as en informatique" était destinée à régler un problème de mot de passe.

Le propriétaire du restaurant dément avoir touché de l'argent

Le propriétaire de la Casa Nostra, Dimitri Mohamadi, dément de son côté avoir touché de l'argent. "Je n'ai pas touché un sou", a-t-il assuré à France 2. "Je n'ai vendu aucune vidéo" parce que "c'est de l'argent sale", s'est-il défendu, reconnaissant toutefois avoir montré les images à "tout le monde". Selon lui, c'est une autre personne qui a vendu la vidéo à sa place.
Le patron du restaurant accuse Djaffer Ait Aoudia, le journaliste invité dans Le Petit Journal, d'avoir tenté de le piéger : "Il m'a dit 'On t'amène de la bouffe, il faut manger'. (...) Il m'a lui-même proposé 12 000 euros", raconte-t-il. France TV Info a contacté le journaliste qui n'a pas souhaité répondre au restaurateur. Le Petit Journal, qui a vu l'intégralité des images, maintient sa version des faits, précisant que, si "un proche semblait effectivement à la manœuvre, le patron ne pouvait pas ignorer la transaction".
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité