LOSC : les débuts fracassants de Victor Osimhen chez les Dogues

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Auteur d'un doublé contre Nantes, le jeune Nigérian est pour l'heure meilleur buteur du championnat.

Par Q.V avec AFP

 Un contrôle de la poitrine en pleine course conclue par une frappe croisée, puis un tir en force sous la barre dans un angle fermé: en deux actions, le néo-Lillois Victor Osimhen a fait naître de grands espoirs pour la suite de la saison des Dogues.

Auteur d'un doublé qui a permis à Lille de s'imposer contre Nantes (2-1) pour son premier match avec les Nordistes, l'attaquant nigérian de 20 ans a l'occasion de confirmer les promesses entrevues dès samedi (20h) à Amiens pour la 2e journée de Ligue 1.
 

Le supersonique Osimhen, recruté pour palier le départ du Portugais Rafael Leao à l'AC Milan, devrait être aligné d'entrée en Picardie, son entraîneur Christophe Galtier n'ayant pas fait mystère de ses intentions de le faire débuter.

"Nous avons le bonheur, sur le dernier match, d'avoir un avant-centre qui marque deux buts. Donc c'est très clair dans les têtes. Dont la mienne", a planté le coach des Dogues, jeudi, face à la presse.
 

Tout en prenant soin de ménager ses rivaux sur le front de l'attaque lilloise, Timothy Weah et Loïc Rémy, sur lesquels Osimhen a - déjà - pris une petite longueur d'avance.

"On aura besoin de nos trois attaquants de pointe sur la saison. C'est comme ça que l'équipe peut devenir forte. Avec cette saine concurrence qui s'instaure", a nuancé Galtier assurant qu'il n'y avait "pas de hiérarchie".

Timothy Weah, aligné dans un rôle d'attaquant de soutien, n'a pas brillé à ce poste qui n'est pas le sien face à Nantes. Et Loïc Rémy, auteur d'une très bonne préparation mais suspendu pour le premier match, devra lui montrer qu'il n'a pas perdu son efficacité de la fin de saison dernière.
 
Le LOSC se prépare au derby contre l'Amiens SC


Avant cette rencontre, Osimhen ne comptait pourtant que cinq jours d'entraînement avec ses nouveaux partenaires.

Sélectionné par son pays lors de la dernière Coupe d'Afrique des nations, il a écourté ses vacances post-CAN pour gagner sa place dans le onze lillois. Et choisi de ne pas rester au pays auprès de son père, qui souffre de maladie.

Deux choix forts, qui traduisent une vraie détermination. "C'était important pour moi d'être avec l'équipe pour le début du championnat", a-t-il confié en zone mixte après son premier match, tout en assurant "penser tout le temps" à son papa.

 

"La priorité au poste d'avant-centre"


Lui qui a été repéré par la cellule de recrutement de Luis Campos lors de la saison dernière, alors qu'il évoluait à Charleroi, a rejoint le Nord pour un montant estimé à 12 millions d'euros. Un transfert bouclé début août même si, selon une source proche du club belge, un accord avait été trouvé dès le mois de mai.

"Je savais quel était son profil car on l'avait décortiqué avec mon staff, c'était la priorité au poste d'avant-centre", a confié Christophe Galtier après la victoire face à Nantes. "Avant d'être un joueur, c'est un équipier et un buteur. Il aime les espaces mais a aussi la capacité à être très présent dans la surface, ce qu'on n'avait pas l'an dernier", a-t-il ajouté.

Symbolique meilleur buteur du championnat, Victor Osimhen tient lui un discours ambitieux, où le mot travail revient régulièrement. "Je savais que c'était possible, tout est possible quand tu travailles dur. Je me sens vraiment bien et, même si ne suis pas encore à 100%, je sais qu'avec le temps je vais être au top physiquement", a-t-il affirmé dimanche.

À voir la débauche d'énergie au pressing de son numéro 7 contre Nantes malgré une préparation écourtée, le public lillois peut nourrir de grandes attentes pour la suite. Car même quand la réussite ne sera pas au rendez-vous, Victor Osimhen offre la promesse d'un investissement total.
 

Sur le même sujet

Les gens des Hauts : Tourcoing, la ville aux mille visages

Les + Lus