• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Martine Aubry veut “sortir de la direction du PS” et n'entend pas être candidate en 2017

Martine Aubry le 25 février lors d'une réunion des partisans d'une primaire citoyenne de la gauche et des écologistes organisée à Lille (image d'illustration) / © MaxPPP
Martine Aubry le 25 février lors d'une réunion des partisans d'une primaire citoyenne de la gauche et des écologistes organisée à Lille (image d'illustration) / © MaxPPP

La maire de Lille Martine Aubry indique qu'elle veut, avec ses amis, "sortir de la direction du Parti socialiste" et qu'elle n'a pas l'intention
d'être candidate pour la présidentielle de 2017.

Par AFP

La loi El Khomri est un véritable acte de divorce. Après la tribune dans Le Monde, Martine Aubry annonce dimanche dans le JDD que ses proches vont quitter leurs fonctions au PS.
"Nous allons sortir de la direction du PS, nous souhaitons en discuter avec Jean-Christophe Cambadélis", déclare l'ancienne première secrétaire du PS, quatre jours après avoir publié une tribune au vitriol contre la politique menée par le gouvernement.
Elle ne donne pas davantage de détails, mais deux de ses très proches, les députés François Lamy et Jean-Marc Germain, font partie du secrétariat national du Parti socialiste.

Aubry ne sera pas candidate en 2017

Interrogée sur ses propres ambitions, elle affirme qu'elle ne sera pas candidate en 2017. "Je suis bien à Lille et j'y resterai", promet Mme Aubry.
Assurant ne pas avoir prévenu le président François Hollande de cette publication autrement qu'en l'avertissant quinze jours auparavant qu'elle allait s'"exprimer", elle assure "ne rien demander".
"On ne demande le départ de personne. Ceux de mes amis qui ont été sollicités ont refusé d'entrer au gouvernement, on ne veut aucun poste", détaille Mme Aubry dans l'hebdomadaire. "On veut simplement que ce pour quoi on s'est battus toute notre vie soit préservé", poursuit-elle, insistant: "Et on veut montrer aux gens que la gauche a des solutions".

Urgent de se positionner pour Aubry

"Il était urgent de prendre parti et puisqu'on n'est pas écouté quand on parle en privé ou à l'Assemblée (...) il fallait dire que cela suffisait, qu'il est temps de sortir de l'impasse", justifie-t-elle.
"Qu'un Premier ministre socialiste ne se mette pas du côté de ceux qui agissent, qui accueillent des réfugiés, je ne l'accepterai jamais", ajoute-t-elle. Dans sa tribune au Monde, elle avait notamment reproché à Manuel Valls ses critiques contre la politique migratoire ouverte de l'Allemagne.

A lire aussi

Sur le même sujet

VAFC : Olivier Guégan, invité exceptionnel de Tribune Nord

Les + Lus