Migrants à Calais : Marine Le Pen a estimé qu’elle ne pourrait rien faire

Concernant le terrain à Calais où environ 4500 migrants sont présents, la candidate a admis en conférence de presse qu’elle ne pourrait pas faire grand chose s'il elle était élue à la tête de la région, étant donné que cette compétence n'est pas celle de la région.

Concernant le terrain à Calais où cohabitent au moins 4.500 personnes dans un camp aux conditions très précaires et dont la région est propriétaire, la dirigeante d'extrême droite a estimé qu’elle ne pourrait rien faire.

"Nous n'avons pas les forces de police à disposition, nous n'en avons pas la compétence et n'allons pas nous attribuer des compétences. C'est à l'Etat, encore une fois, de prendre ses responsabilités", a-t-elle affirmé.

"Ce problème de Calais ne peut se régler qu'au niveau national, en fermant les frontières et en renvoyant les clandestins dans leur pays d'origine", a-t-elle poursuivi, en admettant que la situation "ne se règlera pas spontanément".



Le Pen : "Nous n'avons pas les pouvoirs de police"




 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité