“Momo challenge“ : la gendarmerie met en garde face à ce nouveau ”défi stupide” dans les cours de récré

Le "Momo challenge" est symbolisée par cet avatar inquiétant
Le "Momo challenge" est symbolisée par cet avatar inquiétant

Le « Momo Challenge » est un défi qui se répand via l'application "What's app". Une série de défis morbides à relever avec souvent des menaces. 

Par France 3 Hauts-de-France

'Blue whale challenge", "Salt and ice challenge", "Condom challenge"... Régulièrement, de nouveaux jeux font leur apparition dans les cours de récréation ou sur les réseaux sociaux. Le dernier en date s'appelle le "Momo challenge". Son principe : inciter les adolescents à réaliser de dangereux défis, menaçant de divulguer des informations personnelles en cas de refus. 

Un principe dangereux qui inquiète les autorités. La gendarmerie du Pas-de-Calais vient de publier un message de mise en garde sur sa page Facebook :  "Le « jeu » peut vite basculer dans le harcèlement qui peut durer des dizaines de jours jusqu'à l'ultime défi : le suicide. Comme souvent, les ados sont les cibles principales de ces défis qui, selon les degrés, peuvent entrainer de graves blessures provoquant parfois la mort."
 

Gendarmerie du Pas de Calais

PREVENTION] Tu connais Momo ? LE TID PODS CHALLENGE, LE FIRE CHALLENGE, vous vous rappelez ? Bingo, il s'agit bien de défis dangereux souvent réalisés dans les cours d'école. Le dernier né...


Via What's app


Particularité de ce nouveau jeu : il s'appuie sur la messagerie instantanée What's app. Comment ça se passe ?

Un ado, curieux ou attiré par le défi, la peur, entre dans ses contacts le numéro de "Momo", trouvé sur Internet. En retour, généralement, un internaute, caché derrière l’image de Momo, une sculpture terrifiante de l’artiste japonais Midori Hayash, défie ce jeune via cette messagerie. Il lui fait croire qu’il sait tout d’eux et le menace de diffuser des informations personnelles recueillies sur les réseaux sociaux. Cela peut durer jusqu'à 50 jours.

Selon Gerome Billois, Gerome Billois, expert en cybersécurité au cabinet Wavestone, cité par France info, le Momo challenge a plus d'emprise parce qu'il a lieu sur WhatsApp, "contrairement à d'autres réseaux sociaux où la confidentialité est peut-être plus forte".
 


Deux suicides en Argentine


Le "Momo Challenge" est né en Argentine. Dans ce pays, il est soupçonné d'avoir poussé une jeune fille de 12 ans au suicide et entraîné la mort d'un garçon âgé de 13 ans. La plateforme de signalement Pharos n'a reçu qu'une dizaine de signalements pour l'instant.

Un parlementaire des Hauts-de-Seine, sensibilisé par une famille de sa circonscription dont le fils a participé à ce challenge a alerté il y a quelques jours le Ministère de l'Intérieur. "Au départ, il n’y avait que deux ou trois personnes qui organisaient ce challenge. Mais maintenant que cela se développe, il est de plus en plus compliqué d’identifier les gens qui en tirent les ficelles", explique à BFM TV Gabriel Attal député LREM

 

Sur le même sujet

La recette en vidéo du mille-feuilles meringué aux fleurs et fruits rouges

Les + Lus