11 dauphins échoués dans le Nord et le Pas-de-Calais, les spécialistes s'inquiètent : "en 2024, c'est exceptionnel"

Depuis le début de l'année 2024, 11 dauphins se sont échoués sur les côtes du Nord et du Pas-de-Calais. Une statistique anormale qui inquiète les spécialistes. D'autant plus que la tendance semble se généraliser dans toute la France.

"D'habitude, j'en ai un ou deux, mais en 2024, c'est exceptionnel." C'est une statistique dont Jacky Karpouzopoulos aurait préféré se passer. Le président de la Coordination Mammologique du Nord de la France (CMNF) et responsable du réseau national d'échouage dans le Nord-Pas-de-Calais est témoin d'un phénomène inquiétant sur les côtes. "Depuis le début de l'année, 11 dauphins se sont déjà échoués dans le nord, et j'espère bien que ça s'arrête."

Un dauphin retrouvé dans la matinée du 26 avril à Leffrincoucke, deux autres retrouvés en l'espace de 48 heures sur la plage d'Hardelot mi-avril. Les découvertes de mammifères échoués se multiplient. "À titre de comparaison, on a retrouvé entre trois et quatre animaux chaque année, sur les dix dernières années", compare le président de la CMNF. L'une des années les plus difficiles, "c'était il y a deux ans, se remémore-t-il. On en avait eu huit sur toute l'année". Incomparable, donc, avec la dizaine de mammifères échoués depuis le mois de janvier.

Le réchauffement climatique en cause, mais pas que...

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le phénomène. Jacky Karpouzopoulos s'interroge sur les conséquences du réchauffement climatique. "L'eau se réchauffe un petit peu plus depuis 2 ou 3 ans. On ne le sent pas en tant qu'humains, mais pour la chaîne alimentaire, ça modifie énormément leur vie", explique-t-il. Une eau plus chaude rapproche les harengs de la côte, les mammifères doivent donc converger vers le littoral pour se nourrir.

► Lire aussi : Un dauphin retrouvé mort sur une plage de Neufchâtel-Hardelot

Les pratiques de pêches entrent également dans la balance. Car si le poisson se rapproche des côtes, les marins pêcheurs aussi, entraînant ainsi des rencontres entre "les engins, les filets de pêche et les mammifères." Sur les onze dauphins retrouvés, les filets sont mis en cause dans la majorité. Le spécialiste détaille : "On a la certitude que cinq sont morts asphyxiés dans des filets. C'est fort probable pour quatre autres. Pour les trois derniers, les animaux sont trop décomposés pour affirmer quoi que ce soit."

Un phénomène qui se généralise

Jacky Karpouzopoulos, par le biais du réseau national d'échouage est en contact régulier avec ses confrères basés en Bretagne, mais aussi en Normandie. Les phénomènes d'échouages sont "rares, donc on s'appelle tout de suite." De cette manière, il arrive à constater que cette dynamique n'est pas seulement nordiste. "J'ai l'impression que c'est généralisé sur toute la France."

Il faut qu'un dialogue s'opère avec les marins pêcheurs.

Jacky Karpouzopoulos

Coordination Mammologique du Nord de la France (CMNF) - Responsable du réseau national d'échouage Nord Pas-de-Calais

Sur terre, il est tout de même possible d'adopter des comportements pour aider les dauphins. Tout d'abord, signaler les espèces le plus rapidement possible. Le Président du CMNF aimerait instaurer plus de dialogue avec tous les professionnels de la mer pour éviter ces accidents. "Quand les marins pêcheurs prennent ces mammifères dans des filets, ils ont obligations de déclaration. Je comprends qu'ils aient autre chose à faire, mais plutôt que de les rejeter en mer, qu'ils nous les déclarent. Il faut qu'un dialogue s'opère."

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité