Affaire Castelain : deux ans d'inéligibilité, du sursis et 50 000 euros d'amende requis contre le président de la MEL

Le président de la métropole européenne de Lille Damien Castelain (DVD) comparaîssait ce mardi 11 juin pour quatre délits différents. La procureure de la République requiert deux ans d'inéligibilité, deux ans de sursis probatoire et 50 000 euros d'amende.

Ce mardi 11 juin, la procureure a dressé dans son réquisitoire le portrait d'un Damien Castelain hors sol, doté d’"un sentiment d’impunité, de toute puissance." "Tout lui est dû", a affirmé Virginie Girad au sujet de celui qui est président de la métropole européenne de Lille depuis 2014. "Au mépris de l’intérêt général, il n’a eu de cesse de bafouer son devoir d’exemplarité."

À lire aussi >>> Affaire Castelain : le procès du président de la métropole européenne de Lille pour détournement de fonds publics a repris

Après sept heures de réquisitoire, la procureure de la République de Lille a ainsi demandé une peine de deux ans d'inéligibilité, 50 000 euros d'amende et deux ans de prison avec sursis assortie d'une clause probatoire d'un an où il ne peut exercer son activité de président de la MEL.

Si la présidente suit les réquisitions, Castelain devra démissionner de son mandat à la MEL

Ainsi, si la présidente du tribunal suit les réquisitions du Parquet, Damien Castelain devra démissionner de son mandat à la tête de la MEL, sous peine de voir son sursis transformé en une peine de prison ferme.

Au nom de l’intérêt général, il n’a eu de cesse de bafouer son devoir d’exemplarité.

Virginie Girad

procureure de la République de Lille

La procureure est longuement revenue sur les quatre affaires pour lesquelles le président de la MEL est poursuivi : détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêt, recel d’abus de confiance et soupçon de favoritisme. Des délits qui sont "la triste illustration de franchissement structurel de lignes, qui sont la marque de fabrique de Damien Castelain".

Dans son réquisitoire, Virginie Girad s’étonne par ailleurs que la MEL n’ait pas de dispositif de prévention, de garde-fou contre les abus de son président. Damien Castelain encourait initialement jusqu'à 5 ans de prison et 375.000 euros d'amende.

Avec François Wasson.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité