Affaire du Stade Pierre-Mauroy : Éric Darques, à l'origine de la plainte, veut "la lumière sur les responsabilités des uns et des autres"

Publié le Mis à jour le
Écrit par YF

Eric Darques, l'homme à l'origine de la plainte, était notre invité ce samedi midi, après l'annonce vendredi de la mise en examen pour "favoritisme" de la Métropole Européenne de Lille (MEL) dans le dossier de l'attribution du chantier du Stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d'Ascq.

"C'est une mise en examen technique", estime Eric Darques, ancien élu (RPF) de Lambersart, à l'origine de la plainte qui vaut aujourd'hui à la Métropole Européenne de Lille (MEL) d'être mise en examen pour "favoritisme" - en tant que personne morale - dans le dossier de l'attribution du chantier de construction du Stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d'Ascq. "Ça ne veut pas dire que personne n'est visé, ça veut dire que pour le moment, il y a une mise en examen technique. La MEL en tant que telle ne peut pas agir, ce sont les politiques qui sont aux manettes qui agissent sur cette personne morale. J'attends, moi, que les investigations du juge (Jean-Michel) Gentil se poursuivent et qu'il fasse la lumière sur les responsabilités des uns et des autres".
 

durée de la vidéo: 02 min 28
Eric Darques sur la mise en examen de la MEL pour l'attribution du chantier du Stade Pierre-Mauroy

Eric Darques a déposé une plainte pour faux en écriture publique en 2011 et remet en cause les conditions d'attribution du chantier du Stade Pierre-Mauroy au groupe de BTP Eiffage. Il s'appuie sur un premier rapport adressé aux élus de la MEL (à l'époque Lille Métropole Communauté Urbaine / LMCU) pour alimenter leur réflexion, daté du 23 janvier 2008, donnait la meilleure note au groupe Norpac-Bouygues, alors qu'un second rapport, daté du 1er février 2008, jour du vote, mais rédigé selon lui postérieurement, notait plus favorablement le groupe Eiffage, malgré un surcoût de 108,5 millions d'euros. "Il n'est pas question de démonter le stade comme je le lis de temps en temps", explique le plaignant. "Ça sert surtout à ce que les contribuables retrouvent leur argent, argent qui n'aurait jamais dû finir dans d'autres proches que la leur".  


"Je pense qu'il n'y a aucune infraction commise dans cette affaire et qu'il n'y a que des suspicions", a réagi vendredi Me Florence Rault, avocate de la MEL. "Si on devait mettre en examen tous les gens qu'on suspecte d'avoir commis des infractions, ça ferait beaucoup de monde. Pour le moment je reste parfaitement sereine, la Métropole aussi", a-t-elle ajouté. Ce projet de "Grand Stade" a été développé sous les présidences successives à la communauté urbaine de Lille de Pierre Mauroy (décédé en 2013) et Martine Aubry, la maire PS de Lille. Une information judiciaire a été ouverte le 1er octobre 2012. Dans ce dossier, deux fonctionnaires de la MEL ont déjà été mis en examen en 2014 pour "réalisation de faux".