Insolite : une église d'Armentières à vendre sur le Bon Coin... et des souvenirs qui disparaissent

L'ancienne église Sainte-Thérèse, à Armentières. / © Capture d'écran Google Street View 03/11
L'ancienne église Sainte-Thérèse, à Armentières. / © Capture d'écran Google Street View 03/11

Une ancienne église d'Armentières a été mise en vente sur le site de petites annonces Le Bon Coin, ce jeudi. Il serait possible de la transformer... en immeuble. L'ancien organiste de l'église en garde un souvenir ému. 

Par Jeanne Blanquart

La cuisine sur l'autel et la chambre dans le confessional ? Il faut en tout cas beaucoup d'imagination pour se projeter dans ce bien mis en vente sur le Bon Coin. Il s'agit en effet... d'une église d'Armentières. Proposée au prix de 149 500 € net vendeur, l'église pourrait bien être transformée en immeuble, comme le suggère l'auteur de l'annonce. 

© Capture d'écran
© Capture d'écran


"On y retrouve une entrée desservant d'un bloc le bâtiment, présence d'un ancien autel, espace chaufferie et mezzanine avec ancien emplacement de l'orgue pouvant être lui même repris en étage d'habitation", précise l'annonce. Sachant que même si l'église n'est aujourd'hui plus utilisée comme lieu de culte, il faudra néanmoins obtenir "divers accords adminsitratifs" pour la transformer "en une ou plusieurs habitations".


Histoire émouvante 


Cette église, difficile de la retrouver sur internet. Aucun site ne permet d'en savoir plus sur son histoire. Heureusement, André Blanquart a une mémoire d'éléphant. Cet ancien organiste se souvient très bien de ce lieu de culte. "J'ai commencé à y jouer de l'orgue quand je suis arrivé à Armentières, en 1979", se souvient le musicien. "Jusqu'à l'année dernière, il y avait beaucoup de monde qui s'y rendait. Tous les samedis soir, il y a avait une messe avec au moins 60 ou 70 personnes."

Un nombre non-négligeable quand on sait que cette église était plus "une grande chapelle" qu'autre chose. "Il n'y avait pas de cloche, c'était un disque avec des hauts-parleurs", se souvient André Blanquart. La raison du succès ? Un côté "église de quartier", proche des gens. "Il n'y avait pas de grandes messes, de grands tralalas. Le prêtre qui tenait la messe, c'était mon voisin, qui donnait un coup de main", précise l'organiste.

"Et tous les 1er octobre, le jour de la Sainte-Catherine, la paroisse organisait une sorte de mini-pélerinage. Un bus passait par Houplines, La Chapelle pour déposer les gens à la messe de 15h. Et à la fin, le prêtre faisait une grande marmite de café et tous les pélèrins buvaient ensemble dans des gobelets en carton."

C'est un état de délabrement avancé qui a forcé l'Eglise à désacraliser le lieu. L'église se trouve en effet juste à côté de la voie de chemin de fer reliant Lille à Dunkerque. Le passage régulier de trains de marchandises a considérablement fragilisé l'édifice; les murs étaient fissurés. "Il y a un an et demi à peu près, une partie du plafond s'est effondré. Il n'y avait plus que des chaises d'un côté", se souvient le musicien. Le devis s'élevait alors à 60 millions d'euros pour tout refaire...

Le nouvel acheteur aura donc à charge, avant de transformer le bénitier en double vasque, de sécuriser les lieux... tout en se souvenant à quel point la microscopique église fut aimée de ses paroissiens. 



Sur le même sujet

Les + Lus