Prisches : un nouveau kiosque à musique, 60 ans après, grâce à un ferronnier voisin

Publié le
Écrit par Emmanuel Pall

Créé en 1890, l'ancien kiosque à musique avait été détruit dans les années 1960 pour cause de vétusté. Mais dans l'Avesnois, la tradition est tenace. Demandez donc au syndicat d'initiatives de Prisches qui vient d'offrir ce nouveau kiosque, tout neuf, aux habitants du village.

A quelques encablures de là, à Bergues-sur-Sambre, dans l'Aisne, quelques dizaines de jours avant la pose du nouveau kiosque, Henri Beuscart, ferronnier, est heureux. 

Avec sa femme Véronique et avec son stagiaire Hugo, d'une petite quinzaine d'années, il vient de réaliser "le chantier de sa vie". Il termine actuellement les dernières volutes (barres de métal enroulées à chaud) et les derniers colliers du kiosque qui sont soudés pour assembler et consolider l'ouvrage.

Pensés, griffonnés en une soirée puis peaufinés sur ordinateur, les plans sont sommaires et permettent d'éviter certaines erreurs grossières. Autodidacte, passionné par le travail du métal depuis ses 15 ans, Henri concède que lui seul, quasiment peu relire ses plans. Et que le principal : ses idées et son savoir-faire reste dans sa tête et entre ses mains.

Au final, le chantier aura duré huit semaines. Et les trois compères auront tout fait de A à Z. Hugo s'est découvert une passion pour le travail du métal mais a été un peu frustré de ne pas pouvoir manipuler comme il l'aurait souhaité (son âge demandant de respecter quelques mesures de sécurité). Du coup, il poursuit son stage par une formation en alternance chez Henri et Véronique. 

Quant à l'ouvrage, d'un diamètre de trois mètres, il pourra accueillir six ou sept musiciens, sera en hauteur, à 2,20 mètres du sol, constituant ainsi, naturellement, une scène. "C'était la tradition, explique Jean Davoine, représentant du syndicat d'iniatives de Prisches, dans l'Avesnois, beaucoup de villages avaient leur kiosque. C'était souvent, l'une des rares, voire la seule animation du village"

Avec son équipe du syndicat d'initiatives, il a voté, puis financé -pour 18 000 euros- la fabrication du kiosque. "On a décidé cela ensemble avec le surplus d'argent que nous avions de lotos et de différentes manifestations organisées par le passé", explique Jean. 

Après le traitement du métal et sa mise en peinture, sous-traitée dans une entreprise spécialisée, la pose du kiosque a pu se dérouler normalement, le 3 mai 2021, à Prisches. Pour l'instant, l'ouvrage n'a pas encore été baptisé avec tous les habitants de la commune, mais ce ne saurait tarder. On avance la date du 14 juillet. Mais chut, ça n'est pas encore confirmé.