Bactérie E.Coli : vers un procès Buitoni après l'ouverture d'une information judiciaire ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anas Daif

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris à la suite de la mort de deux enfants et la contamination à l'E.Coli de 56 personnes. Leur point commun : avoir consommé une pizza Buitoni de la gamme Fraich'Up, fabriquée à Caudry, dans le Nord. La région des Hauts-de-France est la plus touchée.

Va-t-on vers un procès Buitoni ? Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris pour homicide involontaire à l'égard d'une personne et blessures involontaires concernant quatorze autres. 

La marque de ces pizzas surgelées fabriquées dans le nord à Caudry est depuis deux mois en proie à un scandale sanitaire. Deux enfants sont morts après avoir consommé des pizzas Buitoni contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli). 55 autres, âgés de 1 à 17 ans, et un adulte ont contracté le syndrome hémolytique et urémique (SHU) en lien avec la bactérie, d'après les autorités sanitaires. 

Une enquête préliminaire en cours depuis le 22 mars

L'enquête préliminaire est, quant à elle, en cours depuis le 22 mars dernier, quelques jours après la déclaration des premiers cas de contamination. Le pôle santé publique du parquet de Paris a retenu les fais de "tromperie sur une marchandise, exposition ou vente de produits alimentaires corrompus ou falsifiés et nuisibles pour la santé, mise sur le marché d’un produit préjudiciable à la santé, mise en danger d’autrui, blessures involontaires et homicides involontaires."

C'est le 30 mars que les autorités sanitaires ont annoncé avoir établi un lien entre la consommation des pizzas Buitoni de la gamme Fraich'Up et la contamination de plusieurs dizaines de personnes. 

Le préfet du Nord a alors pris la décision d'interdire la production de pizzas dans le seul site de production de la marque italienne France situé à Caudry, dans le Nord. 

"Présence de rongeurs" et "manque d'entretien"

Le 13 avril dernier, des perquisitions ont eu lieu simultanément dans l'usine où sont produites les pizzas et au siège du groupe Nestlé dans les Hauts-de-Seine. Les inspections sanitaires ont pu constater l'ampleur de la situation. 

Elles ont noté la présence de rongeurs et "le manque d'entretien et de nettoyage des zones de fabrication, de stockage et de passage". Ces manquements pourraient être à l'origine du développement de la bactérie dans les pizzas.