• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Bailleul : 40 ans après, le Conservatoire botanique continue de préserver des espèces rares

Des visites guidées sont régulièrement organisées. / © Antoine Morvan
Des visites guidées sont régulièrement organisées. / © Antoine Morvan

C'est un endroit protégé, rarement ouvert au public : le Conservatoire Botanique de Bailleul, créé en 1970, préserve des espèces de plantes rares, tout en oeuvrant pour une sensibilisation du public. 

Par Jeanne Blanquart avec Antoine Morvan

L'histoire du Conservatoire botanique de Bailleul remonte à 1970. Cette année-là, deux professeurs, Jeanne Géhu-Franck et Jean-Marie Géhu, décident de s'installer dans une ferme flamande pour créer un centre d’étude sur la phytosociologie, la science qui étudie les rapports entre les individus, les espèces végétales et leur habitat. C'est le début du Conservatoire... Aujourd'hui, ce lieu exceptionnel compte 50 salariés dont 35 sur le site de Bailleul, les autres oeuvrant à Amiens et à Rouen. 

En 1991, le CRP est agréé "Conservatoire Botanique National" par le Ministère de l’Ecologie pour le territoire du Nord - Pas-de-Calais, de la Haute Normandie et de la Picardie. Et son agrément est renouvelé depuis. Ici, le Conservatoire possède en effet un petit trésor : un jardin où sont cultivée des espèces rares et protégées... 

© Antoine Morvan
© Antoine Morvan

© Antoine Morvan
© Antoine Morvan


32 millions de graines


Thibault Pauwels, chargé de mission au conservatoire, garde aussi un autre trésor, plus petit en taille mais d'une valeur inestimable : 32 millions de graines, dont celles de plus de 400 espèces menacées voire disparues. "Elles ne sont pas montrées au public, c’est un peu comme les réserves du musée du Louvre, mais dans notre domaine", sourit l'amoureux des plantes. 

© Antoine Morvan
© Antoine Morvan


Les graines sont ainsi précieusement conservées dans des grands réfrigérateurs. Quand on demande à Thibault Pauwels s’il serait possible de les replanter un jour il répond : "Oui, mais ces espèces ont des exigences spécifiques. Il faut être sûr que cela fonctionne et pour cela recréer un environnement particulier assez vaste pour les accueillir". Pas évident donc...

Pour les curieux, d'autres espèces sont en revanche visibles grâce à la Bibliothèque de Graines. Le but : permettre au gens de mettre des plantes sauvages locales dans leur jardin. Les participants peuvent ainsi emprunter des graines et, après la croissance de la plante, récupèrer les nouvelles graines que l’on ramène au Conservatoire


Jolis jardins


Le Conservatoire offre également aux visiteurs des promenades fleuries : d'une part grâce au Jardin de plantes médicinales : 12 parterres de plantes de propriétés diverses sont ici présentées dans leur milieu naturel. De l'autre, grâce au Jardin des plantes sauvages (9000 m2). Là, plus de 1000 espèces dont 800 issues du territoire des Hauts-de-France et de Normandie sont observables. 

© Antoine Morvan
© Antoine Morvan
© Antoine Morvan
© Antoine Morvan
© Antoine Morvan
© Antoine Morvan


Aujourd'hui, les missions du Conservatoire botanique évoluent : au delà de l'inventaire et de la conservation, il exerce une activité de conseil auprès des collectivités et de formation pour le grand public (scolaires, formation professionnelle, chantiers participatifs...).

Pour découvrir le Conservatoire, il est possible de se rendre aux Portes Ouvertes, organisées le 4 juin prochain dans le cadre des "Rendez-vous au jardin". 



Opération "Grande Marguerite"

Le conservatoire lance une opération de recensement de la Grande Marguerite, jusque fin juin. Pour y participer, rien de plus simple : il suffit de se connecter au site  www.margueriteestdanslepre.org et indiquer sur l’interface  les lieux et les conditions d’observation.

La marguerite se déplace suite au changement de pratiques agricoles et se retrouve souvent au bord des routes. Son observation est intéressante car c’est une plante indicatrice d’un certain type de milieu. Un tel inventaire a déjà été fait pour le gui. 

Sur le même sujet

L'agriculture de l'Union européenne peut-elle être verte ?

Les + Lus