Baisser le chauffage dans les lycées des Hauts-de-France ? La Région prendra une décision "en octobre"

Publié le
Écrit par Valentin Pasquier .

Dans un but d'économie d'énergie, le conseil régional des Hauts-de-France entend limiter le chauffage dans les lycées. Son président Xavier Bertrand a annoncé le jeudi 29 septembre que la Région prendra une décision "en octobre" après s'être "concerté" avec les chauffagistes et les chefs d'établissements.

À l'heure de la flambée des prix de l'énergie, les collectivités locales réfléchissent à se serrer la ceinture avant l'arrivée de l'hiver. En séance plénière jeudi 29 septembre, le président (LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand a évoqué, dans un monologue, la possibilité de réduire le chauffage dans les bâtiments qui sont à la charge de la Région, notamment les lycées, "principaux lieux de dépense énergétique".

Si aucune décision n'a été prise lors de cette séance, le président du conseil régional a assuré qu'elle interviendra "en octobre, pas plus tard évidemment". En tous cas, Xavier Bertrand a assuré aux conseillers régionaux qu'il n'appelait pas à "instaurer une norme de 18°C dans les lycées", tout comme il trouve déraisonnable de "chauffer les couloirs" ou avoir des "salles surchauffées".

Vu de son bureau, c'est facile. Mais vous savez pertinemment que, lorsqu'on baisse la température dans un lieu, certains bâtiments situés près du centre de chauffage seront chauffés à 19°C et d'autres bâtiments qui seront chauffés moins que ça. Imaginez dans les locaux en "préfa". Donc c'est un peu facile d'imposer, de loin, une norme de degrés, mais je ne veux pas qu'on travaille frigorifié dans les ateliers par exemple.

Xavier Bertrand

président (LR) du conseil régional des Hauts-de-France

"Nous avons cette préoccupation pour les structures qui relèvent de notre responsabilité, mais nous l'avons aussi pour des établissements dont nous n'avons pas directement la charge - je pense aux établissements privés qui vont aussi connaître une explosion de leur coût énergétique," poursuit l'ancien maire de Saint-Quentin, avant d'annoncer qu'il avait saisi l'État en ce sens.

Le dialogue avant tout

Quant à la question de ne plus proposer de cours le samedi, le conseil régional se défausse. "Ça, ce n'est pas nous qui décidons, glisse Xavier Bertrand. Mais on a mis ce sujet sur la table, car ça nous permettrait également de diminuer nos dépenses énergétiques." Fermer les établissements le samedi pourrait permettre en effet de ne pas les chauffer ce jour-là.

Le conseil régional compte d'ailleurs appliquer cette réflexion à lui-même. "Le télétravail doit-il s'imposer comme référence de base autour du week-end, le vendredi ou le lundi, afin de fermer davantage les bâtiments ? De la même façon, nous sommes en train de réfléchir à réduire notre flotte automobile et à réduire nombre de nos déplacements", explique Xavier Bertrand.

Je pense que les contacts en chair et en os restent importants mais ce serait une bonne chose si nous pouvons réaliser nombre d'économies d'énergie dans la période qui vient.

Xavier Bertrand

président (LR) du conseil régional des Hauts-de-France

Lors de cette séance du 29 septembre, tenue dans un hémicycle "non chauffé et non climatisé", l'élu a souhaité rassurer : les décisions concernant cette "maîtrise énergétique" se réaliseront "en se concertant" avec les chauffagistes, les chefs d'établissement, les recteurs et les agents de la Région.

"Nous avons des idées très claires, mais il n'est pas question de les imposer (...) Je pense que c'est par le dialogue que nous prendrons de bonnes décisions", assure-t-il face aux élus régionaux. Celles-ci seront motivées par des raisons de fonctionnement de l'institution - l'Etat n'a pas nié pouvoir avoir recours à des coupures d'énergie dans les collectivités locales - et de budget. "Nous savons que nous serons face à un mur en 2023, annonce Xavier Bertrand à ce propos. Et ce mur, nous le franchirons."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité