L'affaire Iquioussen, cas symbolique d'une nouvelle campagne contre les "islamistes radicaux" ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yacha Hajzler .

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a abondamment communiqué sur l'affaire Hassan Iquioussen. Une première démonstration de fermeté qui pourrait bien être le lancement d'une nouvelle campagne d'action contre les "islamistes radicaux".

L'affaire Hassan Iquioussen est-elle le début d'une longue série ? L'imam né à Denain, recherché en France pour s'être soustrait à une mesure d'expulsion du territoire, est actuellement détenu en Belgique.

Au coeur de son arrêté d'expulsion, les accusations du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Il prête à Hassan Iquioussen "des propos de nature antisémites et contraires à l’égalité entre les femmes et les hommes" mais également "un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité" et des accusations de proximité avec le mouvement salafiste, un courant rigoriste de l'islam et dont l'une des branches prône l'action armée. Ces accusations sont en grande majorité réfutées par Hassan Iquioussen. 

Deux personnes surveillées pour "prosélytisme" et "salafisme"

Selon les informations d'une source proche de ces dossiers, deux autres personnes sont actuellement dans le viseur des autorités du Nord, avec des profils très similiaires. Le premier, M. S., réside à Hautmont et est actuellement visé par une obligation de quitter le territoire français. Il était jusque-là assigné à résidence pour "délinquance, salafisme et prosélytisme". 

Le second, M. B., réside à Cambrai, et se trouve lui sous le coup d'un arrêté ministériel d'expulsion. Le tribunal administratif de Paris devrait se prononcer sur son expulsion incessamment sous peu. Des faits de "prosélytisme salafiste" lui sont également reproché, en plus d'une condamnation pour viol en République Tchèque, rapportée par nos confrères de la Voix du Nord.

Avec ces révélations, le ministre Gérald Darmanin travaille un timing particulièrement opportun. Sa loi de sécurité globale - qui a augmenté de 15 milliards d'euros le budget du ministère de l'Intérieur - a été adoptée mi-septembre grâce aux votes des LR et du RN, malgré les oppositions à gauche, et doit maintenant démontrer son efficacité. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité