Le cadavre d'une femme découvert au Cateau-Cambrésis, des "éléments correspondent" à l'identité d'Angélique Hermel

Publié le
Écrit par Baptiste Mezerette

Un corps inanimé depuis "plusieurs semaines" a été retrouvé dans un squat du centre-ville du Cateau-Cambrésis, vendredi 11 mars. Il y a "une possibilité" que la victime soit la mère de famille disparue il y a deux mois. Une autopsie aura lieu en début de semaine.

C'est un groupe de jeunes qui a fait cette découverte macabre. Dans l'après-midi du vendredi 11 mars, des mineurs aperçoivent un corps inanimé dans un local abandonné du centre-ville du Cateau-Cambrésis, au niveau de la rue de l'Abreuvoir. La gendarmerie s'est rendue sur place.

Pas de trace d'intervention d'un tiers

Selon le parquet, ce corps est celui d'une femme, décédée il y a "plusieurs semaines". Le procureur de la République de Cambrai Rémi Schwartz précise "qu'aucune trace d'intervention d'un tiers" n'a été constaté.

Lors de sa découverte, le cadavre se trouvait sur un matelas, entouré de "divers objets". La Voix du Nord fait état de la présence de "canettes d'alcool et de médicaments" près du corps, sans assurer qu'ils n'aient été consommés par la victime. Pour le moment, rien ne permet de retenir avec certitude la thèse du suicide.

Une autopsie en début de semaine

Afin de connaître l'identité de cette femme, le corps a été transporté à l'Institut médico-légal de Lille, où il sera autopsié "dans les prochains jours", probablement ce lundi 14 mars.

Ces analyses permettront, peut-être, de lever le voile sur la disparition d'Angélique Hermel. Car, selon le parquet, "plusieurs éléments correspondent" à l'identité de cette mère de famille de 36 ans qui n'a plus donné signe de vie depuis le 14 janvier dernier.

Le sexe de la victime, sa corpulence, la localisation du corps et les vêtements retrouvés sur le cadavre sont autant de données qui permettent "une possibilité" de rapprochement. Par ailleurs, les enquêteurs se sont rapprochés des proches d'Angélique Hermel pour récupérer des éléments distinctifs.

Depuis deux mois, l'entourage de cette mère de trois enfants retient son souffle. Les multiples battues citoyennes et les recherches des enquêteurs n'avaient jusqu'ici rien donné. L'autopsie de la semaine prochaine sera peut-être l'épilogue d'une longue attente.