VIDÉO. Cambrai : un procès s'ouvre, 4 ans après la mort de la petite Mareva au service pédiatrie de l'hôpital

© FRANCE 3
© FRANCE 3

Le service pédiatrie de l'hôpital a-t-il fait preuve de négligence ? La justice va devoir trancher.

Par Q.V avec Ali Benbournane

Mareva, trois ans, a-t-elle perdu la vie à cause d'une négligence de l'hôpital de Cambrai ? Un procès s'ouvre ce mardi 14 janvier au tribunal de Cambrai, pour faire la lumière sur les circonstances de la mort de l'enfant.

"Ce qu'on vit, c'est atroce" a confié sa mère, Élodie Machu, "la perte d'un enfant, c'est ce qu'il y a de plus dur et j'ai pas envie que d'autres parents souffrent de ça."
 
Cambrai : 4 ans après la mort de Mareva à l'hôpital, le procès s'ouvre

Que s'est-il passé, ce 9 mars 2016 ? Cette nuit-là, la mère appelle le SAMU pour transporter aux urgences sa petite fille de 3 ans et 4 mois. Orientées à 1h15 en salle d'attente du service pédiatrie, elle doivent attendre une heure et demi avant d'être prises en charge. Un laps de temps pendant lequel Mareva hurle de douleur, poussant une aide-soignante à lui demander le silence pour ne pas réveiller les autres enfants.

 

Pas prise au sérieux ?


Une interne du service ausculte la fillette et s'alarme de son état de santé. Elle fait appel à la pédiatre, qui lui demande de contacte rle chirurgien d'astreinte. Ce dernier préconise un bilan sanguin et une imagerie, mais ne se déplace pas. Le radiologue, lui aussi d'astreinte et à domicile, aurait à son tour indiqué par téléphone que le scanner pourrait être réalisé le lendemain matin.

Pendant ce temps, Mareva paraît s'être calmée, mais "avait ses yeux qui virevoltaient, ses lèvres un peu blanches", indiquait il y a 4 ans Élodie Machu. "Je demande pourquoi, on me répond : c'est la fatigue et son manque de salive."
 

La pédiatre, rentrée chez elle entre temps, interprète les radios de la petite fille et indique qu'elle a "le colon distendu, qu'elle [va] être transférée à Valenciennes, mais qu'il ne serait peut-être même pas nécessaire de l'opérer".

Une succession d'erreurs ?


Enceinte de huit mois et après une nuit de stress, Élodie Machu est prise de contraction et passe 20 minutes au service maternité. Lorsqu'elle remonte, l'atmosphère a changé dans le service pédiatrie. "On m'a dit que Mareva a fait un malaise et j'ai commencé à voir les médecins réanimateurs courir dans le couloir". Cinquante minutes plus tard, à 9H25, Mareva est déclaré décédée.

"J'aimerais pouvoir dire que c'est la conséquence d'une surcharge de travail. Ce n'est pas le cas", souligne l'avocat de la famille, Christophe Donnette. "L'examen du dossier révele en réalité à la fois une succession d'erreurs, peut-être de l'incompétence... Le tribunal le dira, mais pour moi ce sont des fautes médicales."
 

Sur le même sujet

Les + Lus