"Ce qui arrive à notre fille est totalement injuste" : victime d'une agression, Élise Lebrun doit à nouveau se faire opérer de l'oreille aux États-Unis

Née avec une malformation congénitale appelée Microtie-Atrésie, Élise Lebrun a bénéficié, il y a six ans, d'une intervention chirurgicale de onze heures, aux États-Unis. Les conséquences d'une agression par un autre élève du collège viennent de réduire à néant les efforts et les économies d'une vie.

Pour Élise, douze ans, tout s’est effondré il y a trois semaines. Le 05 avril 2024, un élève de sixième tente de la racketter de sept euros au collège de Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais). Élise lui fait face et refuse.

Le lendemain, il revient accompagné d'un autre élève et tente à nouveau de lui extorquer l'argent. N'y parvenant pas, l'un des deux se saisit de son sac pendant que l'autre lui assène une claque sur l'oreille droite, du côté de sa prothèse.

La Microtie-Atrésie, une maladie congénitale

Atteinte de Microtie-Atrésie dès la naissance, Élise est née sans pavillon de l'oreille droite et dépourvue de canal auditif.

Outre l'aspect esthétique, la petite fille était partiellement sourde. Les deux seuls chirurgiens spécialisés en la matière exercent à San Francisco. Le docteur Tahiri Youssef reconstitue le pavillon de l'oreille, quand le docteur Roberson Joseph, perce le crâne et installe le canal auditif pour y installer le tympan. Le lendemain de l'opération, Élise, six ans, entend. 

De graves conséquences

Suite à l'agression, le constat de son ORL à Bruxelles est sans appel. Un œdème s'est formé, la prothèse qui fait office d'oreille est cassée. Élise a déjà perdu vingt décibels, souffre de maux de tête et de bourdonnements. Il faut à nouveau opérer.

C'était derrière nous, nous avions fait ce qui était nécessaire pour qu'elle ait une vie correcte.

Sylvie Lebrun

Maman d'Élise

Frédéric Lebrun, son papa est amer : "Certes, l'équipe pédagogique a été trés réactive et efficace, puisqu'un conseil de discipline s'est réuni et a décidé de l'exclusion de l'élève. Mais ce sont dix-huit mois d'efforts réduits à néant, j'ai tout donné pour ma fille afin de réunir les fonds. Ce qui lui arrive est totalement injuste." 

"C'était derrière nous, confie sa maman. Nous avions fait ce qui était nécessaire pour qu'elle ait une vie correcte, normale ! Elle entendait correctement, tout se passait très bien. Les contrôles auditifs étaient rassurants, l'ORL nous disait que son oreille était parfaite : audition symétrique des deux côtés. Là, moralement c'est compliqué."

J'ai peur que ça ne fonctionne pas.

Élise Lebrun

Leur fille s'apprête à revivre l'opération délicate. "Je suis un peu inquiète pour l'opération, dévoile-t-elle. Comme c'est la seconde fois, je suis inquiète, j'ai peur que ça ne fonctionne pas."

Une cagnotte en ligne

Cette opération a un coût estimé pour l'instant, si tout va bien, à  30 000 euros, une cagnotte a été mise en ligne pour aider au financement. Il faut rester au minimum quinze jours sur place avant de pouvoir prendre l'avion à nouveau.

Sa maman avoue : " C'est beaucoup de stress, car on dépose son enfant devant le bloc opératoire et on sait qu'il y en a pour des heures de chirurgie et nous sommes au bout du monde quand même."

Mais la famille d’Élise ne veut pas se résigner. Elle a créé il y a sept ans l'association, une oreille de cœur, sur laquelle elle peut compter. Elle veut aider les autres enfants touchés par cette pathologie à l’image de cette réunion avec des spécialistes l’an dernier et déplore le manque de structures pour opérer en France. "Cela demande des mois et des mois de sacrifices pour lever des fonds pour pouvoir partir et forcément, toutes les familles n'ont pas forcément le courage, la possibilité ou tout simplement les moyens." Une cagnotte a été mise en ligne.

durée de la vidéo : 00h02mn03s
L'appel à la solidarité pour Élise Lebrun, collègienne agressée début avril par un autre élève. Elle doit à nouveau subir une intervention lourde de l'oreille.. ©A. Moreau / S. Bruhier / FTV

Courageuse, Élise quitte, le temps de l'intervention, la France afin de se faire opérer le 5 juin prochain à San Francisco.