CES Las Vegas : quand les start-up des Hauts-de-France rayonnent au pays du jeu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christine Defurne
55ème Consumer Electronic Show, le célèbre salon grand public dédié aux produits high-tech et à l’innovation numérique à Las Vegas.
55ème Consumer Electronic Show, le célèbre salon grand public dédié aux produits high-tech et à l’innovation numérique à Las Vegas. © Camille Desaunoy

Las Vegas, ses casinos, ses tables de jeu, c’est dans cet univers que s’est tenu, du 5 au 8 janvier 2022, le 55ème Consumer Electronic Show, le célèbre salon grand public dédié aux produits high-tech et à l’innovation numérique. Les start-up de la région n'en sont pas revenues les mains vides.

L'événement est un incontournable. Il fixe les tendances de l’électronique pour les années à venir. Neuf start-up des Hauts-de-France rentrent tout juste du voyage à Las Vegas avec dans leurs bagages beaucoup plus que des souvenirs.

Ces fers de lance de la région sont parvenus, dans le meilleur des cas pour les unes, à signer des contrats, pour les autres à élargir leur réseau de distribution comme pour la start-up Niryo, installée à Wambrechies, près de Lille. Son bras robotique destiné à faciliter la formation des ingénieurs dans les universités, les centres de recherches et les entreprises, est désormais référencé chez un distributeur de robots américains. La start-up a également bénéficié d’une couverture médiatique internationale.

Une médiatisation également appréciée par Mathilde Lanusse, la responsable communication d’Utech. Une toute jeune société basée à Eurasanté, venue présenter son aide-soignante connectée, baptisée Clara, qui permet le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes : "c’est une expérience extrêmement enrichissante en terme de mises en relation avec clients, fournisseurs et investisseurs. Nous avons eu également de très bons retours côté presse avec de très nombreux articles relayés par d’excellentes rédactions".

La France, 2ème délégation mondiale présente au CES

Sur quelques 1 200 start-up présentes à cette 55ème édition du CES, on comptait 140 start-up françaises, parmi lesquelles nos 9 des Hauts-de-France.

Une présence en nombre, témoin du dynamisme de l’écosystème régional et du premier incubateur-accélérateur de start-up en Europe : Euratechnologies, dont 6 start-up faisaient cette année le déplacement pour le Nevada.

Comme l’explique Camille Desaunois, responsable pour Euratechnologies de la délégation Hauts-de-France du CES, "Il y a une dynamique régionale importante au niveau du Pavillon France, chaque région apportant une aide aux start-up souhaitant participer au salon. La région Hauts-de-France finance ainsi, pour chaque participant, 50% de la mission globale".

À cela s’ajoute pour Euratechnologies un véritable travail d’accompagnement en amont auprès de ces différentes start-up sélectionnées au CES, afin de les éclairer sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire durant le salon : "c’est un salon international, nous sommes sur le sol américain, les codes sont différents. Nous leur donnons des conseils pour éviter par exemple l’espionnage industriel, nous les aidons à préparer le pitch pour présenter leur start-up, façon marché américain".

Une visibilité internationale

Quelles que soient les retombées, la simple participation à ce prestigieux salon est déjà un immense challenge. Camille Desaunois le précise : qu’elles s’intéressent à la cybersécurité, la santé, la fintech, le smartbuilding ou encore les énergies renouvelables, ces 9 start-up ont dû montrer patte blanche pour participer à cette Mecque de la Tech : "Il ne suffit pas pour ces start-up d’être en capacité de payer leur stand, leur participation doit être validée par le CTA, le Consumer Technology Association. Ce comité donne son aval en fonction de la qualité innovante du produit présenté".

Une sélection, pour ces start-up retenues, comme une belle carte de visite, car toutes bénéficieront d'une visibilité internationale accélérée, en plus des contacts et partenariats noués sur place. En témoigne Soufian Maaté, co-fondateur d’OverSOC, qui propose une cartographie 3D pour permettre aux entreprises de maîtriser leur propre sécurité informatique sans avoir à l’externaliser : "malgré une plus faible fréquentation du salon, cette année, en raison de la crise sanitaire, il était primordial pour nous d’être présents, pour montrer notre outil aux Etats-Unis, un marché dix fois plus important que la France. Nous sommes parvenus à avoir une vingtaine de touches, dont cinq, vraiment intéressantes".

La crise sanitaire en toile de fond du 55ème CES

Si contexte sanitaire oblige, on a pu effectivement constater une affluence diminuée, en comparaison des précédentes éditions (celle de 2020 s’était déroulée en digital), cela n’a pas eu d’impacts négatifs pour les exposants, au contraire, comme l’explique Mathilde Lanusse, responsable communication d’Utech : "cela nous a permis de consacrer davantage de temps et d’attention lors des échanges sur le stand".

Moins de quantité pour plus de qualité, c’est le constat fait également par Camille Desaunois, qui de retour sur le sol français, reste à l’écoute de sa délégation : "les équipes sont sur le pied de guerre pour concrétiser les rencontres et discussions établies à Vegas ; l’étape suivante consiste pour nous à les accompagner de nouveau, pour consolider ces échanges. Regarder si les contacts pris sont en adéquation avec l’éthique de leur start-up, leur donner accès au carnet d’adresses du salon, pour leur permettre de prendre contact également avec les entreprises qui n’étaient pas présentes au salon".

Et si cette année encore, la crise sanitaire était au programme de cette 55ème édition du CES, elle n’aura fort heureusement pas eu raison du moral de la délégation des Hauts-de-France, fière d’avoir pu faire rayonner la création et la technologie française à l’international, consciente également d’avoir pu bénéficier d’un véritable coup de projecteur pour se faire connaître.

Retrouvez la liste des start-up : 

  • A2Mac1 : le leader mondial du secteur du benchmarking pour l’industrie automobile avec environ 600 employés dans le monde (Europe, Royaume-Uni, Etats-Unis, Mexique, Chine, Inde, Japon, Thaïlande). A2Mac1 fournit à ses clients (plus de 500 000 professionnels dans l'ensemble de la chaîne de valeur automobile) des insights cruciaux à leur développement, leur permettant d’optimiser les processus de conception et de supporter, entre autres, les démarches de génération d’idées, d’innovation et de réduction de coûts.
  • GeoRide : avec le traceur GPS le plus performant, l’alarme la plus puissante du marché et détecteur de chute le plus sophistiqué, Georide vous offre le meilleur moyen de protéger et de connecter votre moto. Le concept GeoRide : votre moto dans la poche grâce au boîtier connecté relié à une puissante application. Tracker GPS intégré, Alarme connectée, Détecteur de chute relié à un centre d’assistance. 
  • Niryo : un fabricant français de robots collaboratifs dont la mission est de rendre la robotique accessible. Connu pour ses robots collaboratifs 6 axes, que vous pouvez retrouver dans les universités, centres de recherche et entreprises les plus prestigieux, Niryo propose désormais des robots destinés au marché industriel et aux PME.
  • Otonohm : propose une technologie de rupture qui rend les batteries existantes plus puissantes, plus autonomes et à la durée de vie plus longue. Pour sa deuxième participation au CES, la start-up poursuit son processus d’intégration du marché en deux étapes. Lors de sa première année, l’objectif était de faire connaître sa promesse : proposer sa technologie pour des batteries les plus durables du marché avec un faible bilan carbone.
  • OverSOC : propose une carte 3D complète de l'infrastructure informatique pour comprendre comment les cyberattaques peuvent affecter le système, en temps réel. Elle apporte clarté et compréhension pour que les gens deviennent acteurs de leur propre sécurité. Elle a construit une solution basée sur les dernières technologies et techniques de visualisation de données pour fournir une vision complète en temps réel permettant de localiser, expliquer et appréhender les risques de cybersécurité.
  • Smart-building-energies : créée par Vinci Energies, cette start-up “spin-off” développe des solutions de bâtiment intelligent, faible en consommation d’énergie. Un marché porteur pour cette entreprise innovante puisque les bâtiments représentent 40% de la consommation d’énergie mondiale. Smart Building Energies a développé la plateforme Wave qui permet aux exploitants des immeubles équipés de mesurer leur consommation d’énergie et de faciliter l’utilisation d’outils domotiques.
  • SupplyLink : l'organisation mondiale du transport et de la logistique est extrêmement fragmentée. La solution SupplyLink propose un portail 3 en 1 : gestion des commandes, réseau logistique et transport. Une plateforme simple d'utilisation qui s'adapte à l'évolution des besoins des entreprises. Sur la base des données utilisateurs, SupplyLink utilise l'Intelligence artificielle pour optimiser les flux de commandes, la logistique et le transport entre les différents acteurs. Une solution globale, avec une expertise locale, permettant une ouverture vers de nouveaux territoires et une optimisation des flux. Une nouvelle technologie pour un nouveau monde
  • TradeIn : les entreprises d’aujourd’hui font face à de plus en plus d’incertitudes de trésorerie et accidents de paiements. Un risque financier que TradeIn propose de résoudre grâce à une plateforme collaborative à double fonction. D’abord grâce à une assurance-crédit mutualisée et généralisée qui propose une indemnisation sous 15 jours, contre 4 à 5 mois pour les assureurs classiques. TradeIn développe également une blockchain permettant la notation des prospects et prestataires.
  • UTech : allie performance technologique et attention humaine pour l'accompagnement à domicile des personnes âgées. L’aide-soignante connectée CLARA apporte la sérénité à domicile, en identifiant les urgences, les situations à risques et en prévenant la perte d'autonomie. CLARA est reliée à une plateforme numérique pour faciliter la communication et la coordination entre les personnes âgées, les familles et les soignants professionnels.  

Les CES est une vitrine incontestable pour les spécialistes de l’économie connectée, les grandes firmes Internet, et les start-up qui souhaitent faire découvrir leurs créations. Les magnétoscopes, caméscopes, DVD, téléphones portables ou plus récemment les montres connectées, ces innovations qui ont révolutionné notre quotidien, ont toutes été présentées à Las Vegas.

Des innovations qui cette année pourraient bien venir des Hauts-de-France !

Un véritable tremplin pour le Made in Hauts-de-France !

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.