Collégien de 12 ans harcelé à Robersart : “On ne punit pas assez les personnes qui font ça”, estime sa mère

© EMMANUEL QUINART / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
© EMMANUEL QUINART / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS

Yamina veut "briser le silence" autour du harcèlement scolaire.

Par Q.V avec Jean-Marc Devred

Son message sur Facebook avait été largement relayé. Quelques jours après la rentrée, la mère de Léo (prénom modifié) s'est confiée sur le harcèlement dont son fils fait l'objet à l'école.

 

"Mercredi, je vais t'exploser par terre"


Dimanche, à la veille de la rentrée l'enfant de 12 ans avait reçu un SMS d'un camarade de classe dont il subissait les brimades l'année dernière. "Hey petite merde, tu te souviens de moi ?"  pouvait-on y lire. "Mercredi, je vais t’exploser par terre comme on écrase une merde et si tu le dis à quelqu'un, je te jure que toute la classe va être sur ton dos."
 

Ulcérée, la mère avait alors publié le message sur Facebook. "À la veille de la rentrée, j'estime qu'il pouvait lui foutre la paix. Le laisser faire sa rentrée come tout le monde, tranquillement." D'autant plus que le garçon, qui entre en 4e, devait revenir mercredi. "Donc il lui a laissé le temps de bien mijoter la chose pendant trois jours."
 
Collégien de 12 ans harcelé Robersart : "Je veux briser le silence" explique sa mère

Début juillet, la mère avait porté plainte pour harcèlement, et une enquête de la gendarmerie est en cours. L'établissement privé où Léo était scolarisé n'a réagi qu'en changeant de classe l'élève identifié comme le principal harceleur. "Je veux briser ce silence parce que j'estime qu'on ne punit pas assez les personnes qui font ça" dénonce la mère.

Finalement, Léo n'est pas retourné à l'école et Yamina cherche un nouveau collège pour son fils. La direction n'a pas répondu à nos sollicitations.
 
En primaire et au collège, un enfant sur dix serait victime de harcèlement scolaire. 
 

Sur le même sujet

A Creil, la nature au centre de l’école à l’espace enfance Danielle Mitterrand

Les + Lus