Covid-19 : à Roubaix et Tourcoing, plus d’un habitant sur cent contaminé, comment en est-on arrivé là ?

Les taux d'incidence explosent à Roubaix et Tourcoing, qui enregistrent respectivement 1135 et 953 cas positifs pour 100 000 habitants. Les deux communes possèdent les taux d'incidence les plus importants de France. On vous explique la situation.

Les taux d'incidence explosent à Roubaix et Tourcoing.
Les taux d'incidence explosent à Roubaix et Tourcoing. © Frédérik Giltay / France 3 Hauts-de-France
Dans la métropole lilloise, les indicateurs explosent. À Roubaix, le taux d’incidence général atteint 1135 pour 100 000 habitants, c’est-à-dire que plus d’un roubaisien sur 100 est porteur de la Covid-19. Une donnée qui a doublée en l’espace de deux semaines. Dans la ville en moyenne, un test PCR réalisé sur 5 s’avère positif. 

Tourcoing enregistre un taux d’incidence de 953, le taux de positivité des tests étant de 17%.
À titre de comparaison, le taux d’incidence à l’échelle nationale s’élève à 251 pour 100 000 habitants d’après les derniers chiffres communiqués par Santé Publique France. 

Comment expliquer ces taux supérieurs à 1000 ? 

Plusieurs facteurs entrent en compte pour expliquer l’explosion de ces indicateurs dans les villes de Roubaix et Tourcoing. Jean-Philippe Dancoine, docteur et adjoint au maire de Roubaix à la santé, en liste trois principaux."Roubaix est une des villes les plus jeunes de France. Le virus est festif et familial, plus vous avez une fratrie importante, plus le virus circulera facilement à l’intérieur de cette fratrie, avance le docteur Dancoine. Que vous soyez 10 dans un T3 ou trois dans un T3, c’est pareil. À un moment, vous allez vous réunir pour manger et il n’y aura plus de distanciation physique, plus de port du masque et c’est là que le problème existe, autour de la table de la salle à manger."

"La contamination du virus, lorsqu’elle reste sur des sujets jeunes, ne pose aucun problème. Le problème, c’est la contamination de leurs ainés, de leurs grands-parents voire de leurs parents parce que les premiers pépins graves arrivent à partir de 60 ans."

Jean-Philippe Dancoire, professeur et adjoint au maire de Roubaix à la santé

Jean-Philippe Dancoire en est certain. "Le regroupement familial important est la source de micro-clusters, et c’est le problème aujourd’hui." Avant de poursuivre. "Il n’y a pas plus de regroupements ici qu’ailleurs, mais il y a des familles plus nombreuses.""Le port du masque est difficile à faire respecter par les jeunes. On a dans certains quartiers quelques difficultés à faire respecter le couvre-feu et éviter les rassemblements d’individus", rapporte également l’adjoint au maire.

Des ambassadeurs pour sensibiliser la population

Face à l’explosion des contaminations, les municipalités de Roubaix et Tourcoing ont décidé de déployer sur le territoire de leurs communes des "ambassadeurs covid" pour sensibiliser les habitants et renforcer les messages de prévention, notamment dans les quartiers prioritaires. Bénévoles et professionnels issus des centres sociaux ou des clubs sportifs vont aller à la rencontre des habitants pour échanger et informer, le "meilleur relais" auprès d’une population "assez éloignée de la communication classique institutionnelle", indique la mairie de Roubaix. Des flyers d’explication seront distribués et les gestes barrières rappelés aux habitants.

Déprogrammation dans les hôpitaux

En parallèle, les hôpitaux de Roubaix et Tourcoing - comme tous les centres hospitaliers de la région des Hauts-de-France - déprogramment les activités non-urgentes pour libérer de la place pour les patients atteints de Covid. L’objectif : éviter une déprogrammation massive qui provoquerait de nombreuses conséquences sanitaires.
Face à "une recrudescence forte de l’épidémie", le centre hospitalier de Tourcoing a décidé de suspendre les visites afin de limiter les contagions, même si des dérogations existent pour des pôles spécifiques comme celui consacré aux enfants.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société