Dépôts d'aliments invendus dans des forêts du Nord : "Ça nous a mis un frein", regrette l'association Denain au cœur

L'association "Denain à Cœur", dont faisait partie l'homme qui a répandu plusieurs tas de produits invendus dans les forêts du Nord (depuis exclu), en paie désormais le prix.
L'une des boîtes de tapenade qui ont été retrouvées au bord de l'Escaut, sur la commune d'Estrun.
L'une des boîtes de tapenade qui ont été retrouvées au bord de l'Escaut, sur la commune d'Estrun. © BERTRAND THERY / FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
"Dès qu'on a vu la première vidéo, au bord de l'Escaut, on avait eu des gros doutes", explique Laurent Placart. Le président de l'association "Denain au cœur" a reconnu certains des produits alimentaires invendus qu'on leur avait confiés, et qu'un membre avait chargé dans son véhicule. "On avait le bénéfice du doute, mais quand on a vu les photos dans la forêt de Mormal...Des photos qui ont beaucoup circulé, et qui avaient mené le président de l'association Forêt Mormal Agir à alerter le groupe Carrefour (dont plusieurs produits sont concernés) et à déposer plainte pour dépôt d'objet ou d'ordures transportés à l'aide d'un véhicule dans un lieu non autorisé. Ces produits périmés, qui se trouvaient encore sous emballage, peuvent représenter un risque pour les sangliers ou les cerfs sauvages.

L'auteur des dépôts "exclu tout de suite"

Parce qu'ils étaient périmés, ces produits n'avaient pas pu être distribués et devaient soit être donnés à certains animaux, soit être transformés en compost. Mais selon le parquet d'Avesnes-sur-Helpe, l'auteur des dépôts n'aurait pas trouvé le lieu de livraison et se serait débarrassé des produits à différents endroits.

"Il devait revenir avec le plastique des produits", afin qu'il soit recyclé, poursuit Laurent Placart. "Quand j'ai vu les vidéos, j'ai demandé à ce membre de montrer les plastiques qu'il avait ramenés et il a avoué qu'il ne les avait pas".

La décision a été rapide. "On a fait une réunion entre nous et on a exclu tout de suite ce membre", dont l'acte a été très préjudiciable à l'association. "On lui a demandé de se rendre à la gendarmerie, ce qu'il a fait".

Un grand nettoyage ce samedi

Mais il reste encore à réparer les dégâts en termes d'image, puisque l'association – qui vient en aide aux plus démunis à Denain pour du linge, des meubles, des ateliers vélo ou de la recherche d'emploi – a perdu des fournisseurs et des dons. "Ça nous a mis un frein", regrette Laurent Placart, "alors qu'on n'a rien à voir avec cet acte". Un frein d'autant plus problématique que le nombre de familles bénéficiaires a été multiplié par six depuis le confinement (de 200 à 1200) Pour réparer les dégâts qui ont été causés et pour "montrer que l'association s'engage pour l'environnement", un grand nettoyage est prévu ce samedi, notamment sur les berges de l'Escaut. Plusieurs dépôts avaient été maintenus le temps de l'enquête, notamment pour relever les empreintes sur place. L'auteur des dépôts risque jusqu'à 1500 euros d'amende. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution