• DÉCOUVERTE
  • MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • économie
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Auberchicourt : près d'un mois après son calvaire, le petit Yanis a quitté l'hôpital

L'enfant de presque trois ans était hospitalisé au CHR de Lille. / © MAXPPP
L'enfant de presque trois ans était hospitalisé au CHR de Lille. / © MAXPPP

Le petit garçon de deux ans a été placé dans une famille d'accueil.

Par Quentin Vasseur

Le petit Yanis, 2 ans, a pu quitter le CHR de Lille où il était hospitalisé depuis près de trois semaines à la suite d'un véritable calvaire, a indiqué le procureur de la République de Douai Frédéric Teillet, confirmant une information de La Voix du Nord

 

Placement en famille d'accueil

Sa sortie s'est faite "en début de semaine" précise le magistrat, qui précise que l'on ignore à ce stade si l'enfant souffrira de séquelles – et si oui, lesquelles. "Il y aura des expertises", mais celles-ci prendront du temps. L'enfant a été placé dans une famille d'accueil.

La semaine dernière déjà, on apprenait que les jours de Yanis n'étaient plus en danger, après avoir passé deux semaines dans un coma artificiel, entre la vie et la mort.
 

 

Mises en examen pour tortures et actes de barbarie

L'enfant était hospitalisé depuis le 18 décembre, date à laquelle il avait été amené à l'hôpital par sa mère, sur l'insistance de son frère. Il souffrait de multiples fractures et traumatismes. Son état, très grave, avait poussé le personnel médical à alerter les autorités, lesquelles avaient rapidement interpellé la mère. 
 

Puis cinq autres adultes, âgés de 22 à 30 ans, l'avaient suivi en garde à vue, mis en examen comme elle pour "torture et actes de barbarie". Selon le témoignage de l'un d'entre eux, l'enfant hébergé chez sa marraine aurait subi des violences extrêmes – coups à la tête et brûlures – au cours de deux soirées, les 8 et 15 décembre. Sa mère, présente à ces soirées dans lesquelles "la violence a atteint son paroxysme",  avait également été mise en examen pour "défaut de soin", l'enfant étant "dans un état général déjà dégradé"avant les faits.

L'enquête se poursuit toujours.
 

Sur le même sujet

Le cadeau de Sandra Moubarak

Les + Lus