VIDÉO. Flines-lez-Râches : aux Restos du Coeur, “il y a toute la gamme de Français qui n'ont pas d'argent”

© CAPTURE FRANCE 3
© CAPTURE FRANCE 3

Ce mardi 26 novembre débute la 35e campagne hivernale des Restos du Coeur. Reportage au centre de distribution de Flines-lez-Râches, dans le Douaisis.

Par TM - LL - SG et AFP

Le centre de distribution des Restos du Coeur de Flines-lez-Râches (Nord), qui a ouvert en 1995, accueille chaque année une centaine de bénéficiaires.

La plus âgée d'entre eux, Rolande, qui a 84 ans, n'a d'autre choix que de s'y rendre depuis le décès de son mari il y a trois ans. Elle ne touche que 750 euros par mois. "Quand on n'a pas beaucoup d'argent, qu'est-ce qu'on fait ? On se prive", déplore l'octogénaire.

Ce 26 novembre, débute la 34e campagne des Restos, lancés en 1985 à Lille par Coluche.
 

"Il y a des retraités avec des faibles revenus, des gens qui n'ont pas de boulot, des gens malades qui ne peuvent pas travailler, un étudiant... Il y a toute la gamme des Français qui n'ont pas d'argent", explique Jean-Louis Kaczmarek, responsable des Restos du Coeur de Flines-lez-Râches.
Flines-lez-Râches : aux Restos du Coeur, "il y a toute la gamme de Français qui n'ont pas d'argent"


De plus en plus d'étudiants


les Restos ont accueilli 30.000 étudiants en 2018. Au total, 51% des bénéficiaires ont moins de 26 ans et 39% sont mineurs. "Parents en manque de moyens, ruptures familiales, bourses insuffisantes, on accueille de plus de plus de jeunes et parmi eux, de plus en plus d'étudiants", s'inquiète le président de l'association, Patrice Blanc. 

"La moitié des jeunes que nous recevons ont des problèmes de logement précaire, notamment car les bourses ne permettent pas de faire face", souligne-t-il. 

Ces difficultés ont été récemment mises en lumière par la tentative d'immolation par le feu, le 8 novembre à Lyon, d'un étudiant de 22 ans qui avait perdu sa bourse et voulait dénoncer ses conditions de vie.

 

Sur le même sujet

Les + Lus