Douze lémuriens d’Arcachon recueillis au zoo de Maubeuge, son directeur raconte

Publié le Mis à jour le
Écrit par Leslie Larcher

Deux semaines après l'arrivée de douze lémuriens sauvés des flammes de Gironde au zoo de Maubeuge, son directeur, Jimmy Ebel, nous raconte tout de cette opération de sauvetage.

Afin d’échapper aux flammes des incendies en Gironde, 370 animaux du zoo du Bassin d’Arcachon avaient été évacués dans une vingtaine de zoos en France. C’est ainsi que douze lémuriens maki catta ont trouvé refuge, le mercredi 20 juillet, au zoo de Maubeuge (Nord), où ils se trouvent toujours actuellement. Voici quelques images signées France 3 Nord : 

durée de la vidéo : 26sec
12 lémuriens maki catta du zoo du bassin d'Arcachon ont été accueillis au zoo de Maubeuge. ©FTV / Sergio Rosenstrauch

Tout juste deux semaines après leur arrivée, nous revenons avec le directeur du zoo, Jimmy Ebel, sur cette opération de sauvetage inédite :

Comment s’est déroulé le transfert des douze lémuriens ?

Je me suis porté candidat pour répondre à la demande de l’Association Française des Parcs Zoologiques (AFdPZ), qui fédère une centaine de parcs zoologiques, dont le zoo de Maubeuge. Nous avions en effet rénové un enclos flambant neuf, prochainement dédié à l'accueil de lémuriens. Les maki catta d’Arcachon sont arrivés en urgence dans la nuit du mardi au mercredi 20 juillet, après avoir été affrétés par un transporteur agréé dans le transport d’animaux sauvages qui a traversé la France en quelques heures. Ils ont voyagé dans des conditions optimum et ils sont arrivés en super forme. Les lémuriens sont d’un naturel très paisible, gentil et communicatif. Le lendemain de leur arrivée, ils occupaient déjà la volière extérieure. Plus zen qu’eux, vous ne pouvez pas trouver !

Quel regard portez-vous sur cette opération de sauvetage ?

Ça fait partie de notre mission scientifique, mais c’était inédit. En vingt ans de carrière, c'est la première fois que ce type d’évacuation est mis en place. Des centaines d’animaux évacués en quelques heures, cela montre une vraie efficacité du réseau scientifique. De jour en jour, cette coopération ne cesse de croître, notamment d’un point de vue zootechnique et pédagogique. Nous sommes contents d’avoir aidé un parc partenaire et le public de notre zoo, qui connaissait déjà les lémuriens, a été sensible à l’entraide entre les parcs zoologiques.

Quelle va être la suite pour ces lémuriens et pour votre zoo ?

Nous communiquons régulièrement avec le zoo du Bassin d’Arcachon. Dès que les conditions seront réunies et que j’aurai des consignes, nous mettrons en place le transport pour qu’ils réintègrent leur parc d’origine. Une fois cela fait, nous accueillerons comme prévu un nouveau groupe constitué par un coordinateur de l’espèce, qui a pour mission la gestion de la population européenne de lémuriens maki catta dans le cadre d’un programme européen d’élevage. Nous avions justement mis ce transfert en stand-by pour aider le zoo d'Arcachon.