1940, la bataille de France au jour le jour : 4 juin, les Allemands s'emparent de Dunkerque en ruine

EPISODE 27 - C'était il y a 80 ans, pendant la Seconde Guerre Mondiale. A Dunkerque, les derniers navires embarquaient pour l'Angleterre laissant derrière eux des milliers de soldats qui avaient farouchement défendu le périmètre. Les Allemands entraient en vainqueurs dans une ville en ruine.
Les troupes allemandes sur la digue de Malo-les-Bains, à Dunkerque, en juin 1940. On aperçoit le monument dédié à l'aviateur Georges Guynemer que les occupants feront démonter en 1941.
Les troupes allemandes sur la digue de Malo-les-Bains, à Dunkerque, en juin 1940. On aperçoit le monument dédié à l'aviateur Georges Guynemer que les occupants feront démonter en 1941. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP

Dans la nuit du 3 au 4 juin, des dizaines de milliers de soldats se pressent vers les ports de Dunkerque et la plage de Malo en espérant pouvoir embarquer avant l’arrivée des Allemands. Une brume très dense recouvre la Mer du Nord, elle gêne l’aviation ennemie qui intervient moins que les nuits précédentes.
 


Pour cette dernière nuit d’évacuation, les marines britannique et française ont mobilisé 54 navires, en plus des "Little Ships". Jacques Mordal, médecin-major de la Marine à Dunkerque, réussit à embarquer sur le petit paquebot côtier Emile Deschamps. C’est un vieux navire mais il a déjà fait deux fois le trajet vers l’Angleterre pour y emmener des prisonniers allemands.
 

Le paquebot Emile Deschamps, photographié avant la Seconde Guerre Mondiale.
Le paquebot Emile Deschamps, photographié avant la Seconde Guerre Mondiale. © Guy Boulianne - Domaine public


Vers 6h du matin le paquebot est au large de North Foreland, le cap nord-est du comté du Kent, et se dirige vers l'estuaire de la Tamise.
 


A son bord, 350 marins et officiers de l'armée de terre, qui servaient jusqu'alors au Bastion 32, à Dunkerque, quartier général des Français pendant l'Opération Dynamo. Il y a aussi une trentaine de civils, dont des femmes et des enfants.
 


A 6h20, le bateau prend son tour pour entrer dans l’estuaire. A bord, tout le monde se croit sauvé quand une violente explosion secoue le paquebot. Il vient de heurter une mine magnétique et coule en quelques minutes. Les autres navires du convoi mettent à l’eau des chaloupes.

Une demi-heure après le naufrage, Jacques Mordal est secouru : "Empoigné par l’armement de la baleinière, hissés à bord du sloop, nous fûmes en un tournemain déshabillés, frictionnés, roulés dans une couverture et abreuvés de tafia par les marins anglais. On aurait dit que ces braves gens n’avaient jamais rien fait d’autre de leur vie que repêcher les survivants des bateaux coulés par les mines magnétiques". 

Jacques Mordal, de son vrai nom Hervé Cras, est blessé mais il fait partie des 85 rescapés du naufrage. Il parviendra en Angleterre et commencera après-guerre une carrière d’écrivain. D'autres n'ont pas eu cette chance. Parmi les disparus, on compte plusieurs ses camarades marins qui, comme lui, avaient survécu quelques jours plus tôt au torpillage du Jaguar, un vaisseau de guerre français échoué le 23 mai sur la plage de Malo. Il y a aussi René Pépin, 32 ans, maître de manœuvre des dragueurs patrouilleurs de la Défense Littorale de Dunkerque et habitant de Faches-Thumesnil, près de Lille.
 

René Pépin, décédé lors du naufrage de l'Emile Deschamps le 4 juin 1940.
René Pépin, décédé lors du naufrage de l'Emile Deschamps le 4 juin 1940. © Collection Mme Paulette Morel-Pépin – via Didier Lherbier / Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil


Selon un article qui lui a consacré l'Association Culturelle et Historique de Faches-Thumesnil, son corps ne sera retrouvé que deux mois plus tard, sur l'île de Lütjehorn en Allemagne. 

L’Emile Deschamps est le dernier navire coulé pendant l’Opération Dynamo. Au total, 243 bateaux ont été envoyés par le fond pendant ces 9 jours dont 123 navires français.
 


A 3h30, Victor Marteel, le patron du chalutier dunkerquois Sainte Denise-Louise, est parvenu à quitter le port. Le 27 mai, ce chalutier a été endommagé lors d’un bombardement de la Luftwaffe sur Dunkerque. La coque criblée d’éclats, les parois arrachées et le compas déréglé, l’équipage de pêcheurs dunkerquois réussira à mener sains et saufs à Douvres 116 hommes dont des canonniers qui ont assuré jusqu’au bout la défense de la ville.

150 chalutiers français, belges, néerlandais et leurs équipages ont participé aux opérations d’évacuation.

A 3h45, le torpilleur britannique Shikari a embarqué 600 soldats français, c’est le dernier navire à sortir du port.

Le HMS Shikari est le dernier navire allié à quitter le port de Dunkerque le 4 juin 1940 (photo non datée, prise sur le Forth en Ecosse).
Le HMS Shikari est le dernier navire allié à quitter le port de Dunkerque le 4 juin 1940 (photo non datée, prise sur le Forth en Ecosse). © IWM FL 5438


En cette toute dernière nuit, 26 000 hommes ont été évacués vers l’Angleterre.
 

Un soldat français blessé, débarqué sur un civière à Douvres, après son évacuation de Dunkerque pendant l'Opération Dynamo.
Un soldat français blessé, débarqué sur un civière à Douvres, après son évacuation de Dunkerque pendant l'Opération Dynamo. © IWM HU 1156


Mais sur les quais et les plages, il reste encore 35 000 soldats français...

Des hommes courent dans tous les sens puis c’est le silence complet… On apprend que deux derniers navires ont été sabordés pour obstruer le port de Dunkerque.

Le colonel Jean Mariot, commandant du 7e GRDI.


A 1h30, les tous derniers défenseurs de la poche de Dunkerque ont reçu l’ordre de décrocher. Un bataillon du 137e Régiment d’Infanterie va tenir une dernière ligne de front jusqu’à 2h30 pour permettre aux autres de se replier.

Le matériel et les munitions sont détruits, mais lorsque ces hommes arrivent à la jetée Est du port avec l’espoir d’embarquer, il est trop tard. Ils ne pourront pas se frayer un chemin à travers les milliers de soldats qui attendent d’embarquer.
 

L'entrée de la jetée Est de Dunkerque de nos jours.
L'entrée de la jetée Est de Dunkerque de nos jours. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
La jetée Est de Dunkerque de nos jours.
La jetée Est de Dunkerque de nos jours. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3

 
Le colonel Mariot et ses hommes sont coincés à l’entrée de la jetée Est quand ils assistent à la mise hors d’usage du port de Dunkerque par la Marine anglaise : "Nous avancions péniblement sur le quai du môle Est toujours avec l’espoir d’embarquer. Soudain à quelques centaines de mètres de notre colonne, le long de l’estacade, nous entendons deux grosses explosions suivies de cris d’affolement. Des hommes courent dans tous les sens puis c’est le silence complet… On apprend que deux derniers navires ont été sabordés pour obstruer le port de Dunkerque" (cité par Dominique Lormier dans La Bataille de Dunkerque).

Je suis très triste, c’est affreux ! Les visages de tous mes compagnons d’alors, quel que soit leur grade, faisaient ressortir le même sentiment d’impuissance et d’abandon.

Henri Bouleau, soldat de la 12e DIM.


Henri Bouleau fait partie de la 12e Division d’Infanterie Motorisée qui a combattu sur le périmètre de la poche de Dunkerque jusqu’aux dernières heures. Avec ses camarades ils ont décroché trop tard pour pouvoir se sauver. "Notre groupe de la 12e DIM reste soudé jusqu’à la jetée Est, déjà envahie, où nous avançons seulement de quelques dizaines de mètres. Il est tard (trop tard !). Le jour se lève. Il n’y a plus de bateaux… Plus d’espoir ! Je suis très triste, c’est affreux ! Les visages de tous mes compagnons d’alors, quel que soit leur grade, faisaient ressortir le même sentiment d’impuissance et d’abandon. Je me souviendrai toujours de ce vide immense ressenti à cet instant. Qu’il y ait pire désarroi, je ne le pense pas".
 

Mémorial de la 12e DIM sur la digue de Bray-Dunes.
Mémorial de la 12e DIM sur la digue de Bray-Dunes. © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3


Ces derniers défenseurs de la poche de Dunkerque se sont sacrifiés et se sont bien battus. En 9 jours de combats autour de Dunkerque, 16 000 français et 2220 Britanniques sont morts pour permettre le succès de l’Opération Dynamo.
 

Tombe des défenseurs de la poche de Dunkerque à la nécropole nationale Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke.
Tombe des défenseurs de la poche de Dunkerque à la nécropole nationale Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Tombe des défenseurs de la poche de Dunkerque à la nécropole nationale Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke.
Tombe des défenseurs de la poche de Dunkerque à la nécropole nationale Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke. © FREDERIK GILTAY / FRANCE 3
Mémorial de la bataille de Dunkerque de mai-juin 1940 à Malo-les-Bains.
Mémorial de la bataille de Dunkerque de mai-juin 1940 à Malo-les-Bains. © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3
Mémorial de la bataille de Dunkerque de mai-juin 1940 à Malo-les-Bains.
Mémorial de la bataille de Dunkerque de mai-juin 1940 à Malo-les-Bains. © GONZAGUE VANDAMME / FRANCE 3

 
Les Allemands ont perdu 20 000 hommes morts ou blessés, des pertes quotidiennes comparables à ce que la Wehrmacht connaîtra plus tard à Stalingrad ou pendant la bataille des Ardennes.

Les Allemands entrent dans Dunkerque


Au petit matin, les habitants de Dunkerque découvrent un calme qu’ils n’avaient plus connu depuis 3 semaines. A 7h45, les premiers soldats allemands entrent dans Dunkerque. 
 

Une voisine est sortie de la cave et a dit :  "Et bien voilà je crois que les Hollandais sont arrivés pour nous délivrer. Je vois des soldats en costumes verts". 

Une Dunquerkoise racontant le 4 juin 1940.


"Nous n’avons entendu aucun bruit et nous avons dormi", témoignera plus tard une habitante. "Tous nous avons été surpris au matin. Une voisine est sortie de la cave et a dit :  "Et bien voilà je crois que les Hollandais sont arrivés pour nous délivrer. Je vois des soldats en costumes verts". Quelques minutes après nous avons vu arriver dans la cave les soldats en costumes verts poignards en avant. Il ne s’agissait pas des Hollandais mais des Allemands. Ce qui m’a le plus effrayée, c’est ce silence qui a précédé l’arrivée des Allemands. Nous étions étonnés, nous nous demandions ce qu’il se passait. On se disait est-ce que la guerre est terminée, est-ce qu’ils ont réussi à faire reculer les Allemands ? Est-ce qu’enfin on va être délivrés ? Et bien ce n’était pas ça, nos espoirs étaient trompés".
 

durée de la vidéo: 00 min 54
4 juin 1940 : une Dunkerquoise raconte l'arrivée des Allemands après la bataille


Le sous-préfet René Le Gentil passe la nuit dans sa sous-préfecture. "Le bombardement allait s’atténuant. Il cessa complétement vers 4h du matin… dans un silence auquel nous n’étions plus habitués… je m’endormis d’un sommeil de plomb… Il est 7h quand je me réveillai…Brusquement la porte s’ouvrit et deux gaillards de 1m80 braquèrent sur moi un revolver et m’intimant l’ordre de sortir devant eux".

Un officier allemand arrive alors et ordonne au sous-préfet de venir avec lui en voiture, avec un mouchoir blanc, visible pour faire cesser les coups de feu isolés qui éclatent encore ça et là.
 

durée de la vidéo: 03 min 28
4 juin 1940 : Les Allemands à Dunkerque


De retour à la sous-préfecture, un général allemand interpelle le sous-préfet : "-La population a bien été évacuée, n’est-ce pas ? – Non, général, cela a été impossible ; elle s’est réfugiée où elle a pu, mais il y a encore une dizaine de milliers d’habitants dans ces ruines… sans parler de ceux qui sont restés dessous !... Voilà tout ce qui reste d’une ville hier si florissante, et c’est là, messieurs, votre besogne…".
 


La ville est détruite à près de 80%, 3000 civils ont été tués, 10 000 ont été blessés.
 


L’arrière-pays est inondé, il faudra 20 ans pour nettoyer et remettre en état près de 1000 kilomètres de canaux et de watergangs.
 

Des véhicules détruits dans le périmètre de Dunkerque, photographiés par les Allemands après les combats de mai/juin 1940.
Des véhicules détruits dans le périmètre de Dunkerque, photographiés par les Allemands après les combats de mai/juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP
Bray-Dunes après les combats de mai/juin 1940.
Bray-Dunes après les combats de mai/juin 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP


Parfois l’arrivée des soldats allemands se passe de manière dramatique. A Saint-Pol-sur-mer, un officier et un soldat tentent de pénétrer dans la maison d’un cheminot retraité, Marcel Godaert. Ancien combattant de 14/18, celui-ci refuse la défaite. Il abat à bout portant l’officier pendant que son fils, Louis Godaert, tue le soldat. Le père et le fils sont immédiatement arrêtés et fusillés (rapporté par René Le Gentil dans La Tragédie de Dunkerque).
 

Les Allemands dans Dunkerque après la bataille de mai/juin 1940.
Les Allemands dans Dunkerque après la bataille de mai/juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP


Jacques Duquesne et sa famille voient également arriver les Allemands dans leur abri : "Un Allemand apparut à vélo. Il portait un brassard à croix rouge et tenait un pistolet à la main. Tous les hommes levèrent les bras en l’air. Je dévalai l’escalier en criant "V’là les Boches !". Ce qui me valut une gifle dont ma mère pourtant était avare – c’est à peu près la seule dont je me souvienne. Elle signifiait que nous devions désormais "faire attention", que nous étions dans un autre monde, celui qu’on appellerait bientôt l’Occupation".
 

Image de propagande nazie montrant des Allemands ravitaillant les habitants de Dunkerque, à proximité de l'Hôtel de Ville, en juin 1940.
Image de propagande nazie montrant des Allemands ravitaillant les habitants de Dunkerque, à proximité de l'Hôtel de Ville, en juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP


Jacques Duquesne retrouve sa maison familiale, rue de la Paix, à Dunkerque. Il vivra là sous les bombardements, anglais cette fois, jusqu’en février 1944, date à laquelle les Allemands décideront d’évacuer toutes les femmes et tous les enfants de la ville. Il ne reviendra à Dunkerque qu’après le 9 mai 1945, date de la reddition de la garnison allemande.

 

Un tournant de la Seconde Guerre Mondiale


En 1978, Jacques Duquesne et Serge Blanckaert, tous deux journalistes, reviendront à Dunkerque pour raconter leurs souvenirs d’enfants dans cette ville, au moment où les Allemands arrivèrent.
 

durée de la vidéo: 02 min 47
4 juin 1940 : Jacques Duquesne et Serge Blanckaert racontent la fin de la bataille de Dunkerque


"Je suis venu là, sur cette plage, quelques jours après ce 4 juin 1940, parce que pendant quelques jours les Allemands ont laissé l’accès libre à la plage", se souviendra Jacques Duquesne. "C’était un spectacle tout à fait étonnant car la mer était pleine de bateaux échoués, coulés, le ventre ouvert, la quille à l’envers. Il y avait encore L’Adroit qui était échoué ici, il y avait encore quelques petites explosions et sur la plage c’était inouï, il y avait là tout ce qu’on peut imaginer comme dégâts, cadavres, camions. Des chars ensablés, des canons, des armes, des obus, des munitions qui traînaient".
 

Epaves et véhicules militaires abandonnés à Malo-les-Bains, photographiés par les Allemands à leur arrivée à Dunkerque en juin 1940.
Epaves et véhicules militaires abandonnés à Malo-les-Bains, photographiés par les Allemands à leur arrivée à Dunkerque en juin 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Un canon abandonné sur la digue de Malo en juin 1940.
Un canon abandonné sur la digue de Malo en juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP
Véhicules et matériel militaires laissés par les Alliés sur la plage de Malo.
Véhicules et matériel militaires laissés par les Alliés sur la plage de Malo. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP
Des soldats allemands devant une épave éventrée sur la plage de Malo. Ces images filmées à Dunkerque figureront dans un film de propagande allemand.
Des soldats allemands devant une épave éventrée sur la plage de Malo. Ces images filmées à Dunkerque figureront dans un film de propagande allemand. © MEDIA DRUM WORLD / MAXPPP
A leur arrivée à Dunkerque, les Allemands filment et photographient abondamment ces vestiges des combats et de la retraite des Alliés.
A leur arrivée à Dunkerque, les Allemands filment et photographient abondamment ces vestiges des combats et de la retraite des Alliés. © MEDIA DRUM WORLD / MAXPPP


"J’avais 10 ans et ce qui m’avait frappé, c’était moins les cadavres des hommes que les cadavres des animaux", ajoutera Jacques Duquesne. "Et les camions, les Anglais les avaient mis les uns derrière les autres ce qui avait formé des espèces de jetées sur lesquelles ils marchaient".
 

Les Allemands inspectant en juin 1940 les jetées de fortune constituées avec des véhicules, par les Britanniques, pour embarquer depuis les plages dunkerquoises.
Les Allemands inspectant en juin 1940 les jetées de fortune constituées avec des véhicules, par les Britanniques, pour embarquer depuis les plages dunkerquoises. © IWM HU 1860


"Après tout ce qui s’est passé à Dunkerque en mai/juin 1940, la retraite des troupes alliées, les bombardements, les dégâts, le matériel militaire qui a été abandonné, on dit généralement qu’il s’est passé ici un désastre, l’affaire de Dunkerque est devenue synonyme de désastre", observera Serge Blanckaert. "Pourtant, quand on y regarde de près, sur le plan militaire, c’est une opération réussie. Les Anglais ont sauvé leur armée, qui semblait pourtant condamnée. Sous le déluge de feu qu’il y avait à Dunkerque, on se demande encore comment ils ont réussi à la rapatrier".

En entrant dans Dunkerque, les Allemands découvrent un monstrueux chaos. D’après l’historien militaire Karl-Heinz Frieser, les Alliés laissent derrière eux 63 000 véhicules, 2400 canons et 475 blindés.
 

Des véhicules militaires britanniques abandonnés dans le Dunkerquois en mai / juin 1940.
Des véhicules militaires britanniques abandonnés dans le Dunkerquois en mai / juin 1940. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP
Des canons de défense antiaériens abandonnés sur les plages dunkerquoises.
Des canons de défense antiaériens abandonnés sur les plages dunkerquoises. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP


La plupart de ce matériel encombre les routes d’accès à la poche de Dunkerque, les plages, le centre-ville…
 


Karl-Heinz Frieser cite le général allemand Fedor von Bock : "L’aspect de la route qu’ont empruntée les Anglais pour leur retraite est indescriptible. Des quantités incalculables de véhicules, de canons, des chars de combat et de matériel militaire encastrés les uns dans les autres sont empilées dans un espace réduit… Le matériel d’une armée est étalé ici, sans doute la totalité de l’équipement, que nous, pauvres diables, nous regardons avec étonnement et envie".
 

Photo allemande montrant des motos et side-cars abandonnés par les Alliés lors de l'évacuation de Dunkerque de mai/juin 1940.
Photo allemande montrant des motos et side-cars abandonnés par les Alliés lors de l'évacuation de Dunkerque de mai/juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP
Canons et véhicules britanniques abandonnés près de Dunkerque en mai/juin 1940.
Canons et véhicules britanniques abandonnés près de Dunkerque en mai/juin 1940. © Berliner Verlag / Archiv / picture alliance / ZB / MaxPPP


Le général Weygand, commandant en chef des Forces françaises, se heurte à un problème de taille pour la suite des combats : "Les 3/4 sinon les 4/5 de notre matériel le plus moderne ont été pris… Ce sont nos unités les mieux armés qui ont été engagées dans le Nord. C’était le fer de lance. Le meilleur de l’armée française est capturé".
 

Des automitrailleuses Panhard 178 abandonnées près des dunes, photographiées par les Allemands après la bataille.
Des automitrailleuses Panhard 178 abandonnées près des dunes, photographiées par les Allemands après la bataille. © Berliner Verlag/Archiv/picture alliance / ZB/MaxPPP

 

Nous défendrons notre île, quel qu'en soit le prix. Nous nous battrons sur les plages. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement. Nous nous battrons dans les champs, et dans les rues, nous nous battrons dans les montagnes. Nous ne nous rendrons jamais !

Winston Churchill, Premier ministre britannique.


La victoire de la Wehrmacht est éclatante, mais elle a un goût d’inachevé pour bon nombre d’officiers allemands. En 9 jours, 348 000 soldats néerlandais, belges, français et britanniques ont été évacués par une armada de 850 bateaux de toutes tailles. C’est un échec pour Hitler. Il a raté l’occasion de capturer 225 000 soldats professionnels britanniques. C’est le premier tournant de cette guerre.
 


Ce 4 juin 1940, le Premier ministre Winston Churchill prononce son fameux discours à la BBC : "Nous nous battrons en France. Nous nous battrons sur les mers et les océans. Nous nous battrons avec une confiance croissante et une force croissante dans les airs. Nous défendrons notre île, quel qu'en soit le prix. Nous nous battrons sur les plages. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement. Nous nous battrons dans les champs, et dans les rues, nous nous battrons dans les montagnes. Nous ne nous rendrons jamais !"

Désormais dans le monde anglo-saxon, on parlera de "Dunkirk Spirit" ("Esprit de Dunkerque"), symbolisant la volonté de poursuivre le combat. Grâce aux soldats britanniques sauvés à Dunkerque, Winston Churchill peut se maintenir au pouvoir et imposer la poursuite de la guerre.
 

WInston Churchill en 1940.
WInston Churchill en 1940. © KEYSTONE Pictures USA


Après l’armistice signé par Pétain le 22 juin, le Royaume-Uni se retrouvera pratiquement seul à lutter contre l’Allemagne. Sans le "miracle de Dunkerque", les Britanniques n'auraient sans doute pas eu les ressources pour tenir jusqu’à l’entrée en guerre de l’Union Soviétique et des Etats-Unis en décembre 1941.
 

Film britannique célébrant l'évacuation de Dunkerque et le discours de Churchill prononcé le 4 juin 1940


La Luftwaffe a perdu, de surcroît, 1236 avions au-dessus de la France en mai/juin 1940. L’aviation allemande est considérablement affaiblie et ne pourra pas remporter la bataille d’Angleterre qui débute en juillet 1940.
 

Un soldat britannique priant en la cathédrale de Westminster, à Londres, en juin 1940, après son retour de Dunkerque.


Les 123 000 soldats français embarqués à Dunkerque, eux, reviendront en France quelques jours plus tard par la Bretagne ou la Normandie pour être équipés et renvoyés immédiatement au front. Beaucoup seront finalement faits prisonniers par les Allemands dès ce mois de juin.

 

Le calvaire des prisonniers français


Ce 4 juin, le Nord et le Pas-de-Calais sont complétement envahis par les Allemands. La région est déclarée "Zone Interdite". Jusqu’à la Libération, elle est séparée administrativement du reste de la France, soumise à un gouverneur allemand basé à Bruxelles.
 

Le Großadmiral Erich Raeder, commandant de la marine de guerre d'Hitler, visitant les ruines de Dunkerque en 1940.
Le Großadmiral Erich Raeder, commandant de la marine de guerre d'Hitler, visitant les ruines de Dunkerque en 1940. © picture-alliance / Judaica-Samml / MaxPPP


Les réfugiés ne pourront pas y revenir avant fin 1941. Dunkerque, quant à elle, ne sera libérée que le 9 mai 1945, devenant la ville française occupée le plus longtemps par les Nazis.
 

Cette photo couleur, publiée en septembre 1940, dans le magazine de propagande nazie "Signal", montre le déblaiement des ruines de Dunkerque.
Autre photo publiée en septembre 1940 dans le magazine de propagande nazie "Signal" montrant des paysans du Dunkerquois au travail, au milieu des chenillettes blindées abandonnées par les Britanniques.


35 000 soldats français sont faits prisonniers ce 4 juin. 4000 militaires blessés sont encore hospitalisés dans le Sanatorium de Zuydcoote. Beaucoup mourront dans les jours qui suivent par manque de soins.

Place Vauban ou place Turenne à Dunkerque, les prisonniers déposent leurs fusils avant de prendre la direction de la plage de Malo jusqu’au 7 juin.
 

Photo couleur de la propagande nazie montrant les Allemands nourrissant leurs prisonniers britanniques à Dunkerque en juin 1940.


Ensuite les prisonniers traversent la ville pour un camp dans les champs autour de Rexpoëde à 20 kilomètres de Dunkerque.
 


Les soldats français prisonniers vont faire, dans l’autre sens, le trajet qu’ils avaient fait pour arriver à Dunkerque, en reculant devant l’avance allemande.
 

Un soldat allemand surveillant les prisonniers français et britanniques rassemblés à l'ouest du port de Dunkerque en juin 1940.
Un soldat allemand surveillant les prisonniers français et britanniques rassemblés à l'ouest du port de Dunkerque en juin 1940. © picture alliance / ZB


C’est le cas du lieutenant d’artillerie Daniel Landas. Il a combattu du 18 au 23 mai dans la région de Valenciennes. Il était arrivé à Dunkerque le 28 mai. Fait prisonnier à 8h, le 4 juin, il quitte le camp de Rexpoëde le 11 juin. A pied les prisonniers arrivent à Hazebrouck pour la nuit. Le 13, direction Béthune, le 14 ils arrivent à Bapaume.
 

Un cortège de prisonniers de guerre français, encadrés par les Allemands, sur une route en mai ou juin 1940.
Un cortège de prisonniers de guerre français, encadrés par les Allemands, sur une route en mai ou juin 1940. © Bundesarchiv, Bild 121-0414 / CC-BY-SA 3.0
Des prisonniers français en marche photographiés par les Allemands en mai ou juin 1940.
Des prisonniers français en marche photographiés par les Allemands en mai ou juin 1940. © Bundesarchiv, Bild 121-0404 / CC-BY-SA 3.0
Un groupe de prisonniers de guerre français, photographié par les Allemands en mai ou juin 1940.
Un groupe de prisonniers de guerre français, photographié par les Allemands en mai ou juin 1940. © Bundesarchiv, Bild 121-0427 / CC-BY-SA 3.0
Des tirailleurs africains de l'armée française, faits prisonniers par les Allemands, sur une route en mai ou juin 1940. Les troupes coloniales ont participé activement aux combats dans les poches de Dunkerque et de Lille.
Des tirailleurs africains de l'armée française, faits prisonniers par les Allemands, sur une route en mai ou juin 1940. Les troupes coloniales ont participé activement aux combats dans les poches de Dunkerque et de Lille. © Bundesarchiv, Bild 121-0425 / CC-BY-SA 3.0


Le lieutenant Landas signale dans son journal que depuis le 4 juin, les prisonniers n’ont rien eu à manger par les gardiens allemands. 
 


Le 15 juin, les captifs dorment dans la citadelle de Cambrai où ils reçoivent une demi-litre d’eau, une tartine et un peu de fromage. Le 20, ils dorment dans la cour de la prison de Dinan en Belgique. Le 27, ils sont à Aix-la-Chapelle en Allemagne.
 

Des prisonniers de guerre photographiés par les Allemands en mai ou juin 1940.
Des prisonniers de guerre photographiés par les Allemands en mai ou juin 1940. © Bundesarchiv, Bild 121-0430 / CC-BY-SA 3.0
En mai/juin 1940, les photographes de l'armée allemande ont pris de nombreux clichés de prisonniers originaires des colonies françaises d'Afrique . Si certains sont transférés en Allemagne, la plupart sera séparée des Blancs et regroupée dans des Frontstalags, des camps de prisonniers en zone française occupée.
En mai/juin 1940, les photographes de l'armée allemande ont pris de nombreux clichés de prisonniers originaires des colonies françaises d'Afrique . Si certains sont transférés en Allemagne, la plupart sera séparée des Blancs et regroupée dans des Frontstalags, des camps de prisonniers en zone française occupée. © Bundesarchiv, Bild 121-0429 / CC-BY-SA 3.0
"Est-ce que le Français blanc voit vraiment ces Noirs aux masques épais comme ses frères ?", interroge la légende de cette photo allemande destinée à la propagande nazie, prise en juin 1940.
"Est-ce que le Français blanc voit vraiment ces Noirs aux masques épais comme ses frères ?", interroge la légende de cette photo allemande destinée à la propagande nazie, prise en juin 1940. © Bundesarchiv, Bild 146-2001-024-27 / Schulze / CC-BY-SA 3.0


A Aix-la-Chapelle, les prisonniers sont chargés dans des wagons à bestiaux. Le 11 juillet, le lieutenant Landas arrive sur son lieu de détention, un Oflag (camp de prisonniers pour officiers) à Groß Börnecke, à 200 kilomètres de Berlin.

Libéré par les Anglais le 16 avril 1945, Daniel Landas reviendra à Lille le 8 mai 1945, jour de la capitulation du Reich. D’autres captifs iront à pied jusqu’à Rotterdam pour être chargés sur des péniches sur le Rhin puis dans des trains, direction les Stalags (camps de prisonniers militaires) en Allemagne.

A l’arrivée dans les gares allemandes, c’est comme un vrai soulagement que de sortir enfin des wagons, de ces bouges où l’on étouffe et qui puent de toutes les odeurs laissées par la cohabitation forcée des hommes pendant deux à trois jours sans sortir...

Yves Durand, historien.


Comme l’écrit l’historien Yves Durand dans La captivité, histoire des prisonniers de guerre français 1939/1945, les conditions de transport des prisonniers sont inhumaines : "Le moment où ils sont tombés aux mains de l’ennemi est le plus souvent suivi d’un long calvaire, marqué par de pénibles transports… Sans espace, sans air, pourvus d’une nourriture dérisoire, privés d’eau, les enfermés roulent, secoués dans des wagons dépourvus d’amortisseurs. Ils respirent péniblement dans l’atmosphère confinée de cet espace étroit, comblé d’hommes obligés de faire sur place tous leurs besoins... L’air est empuanti. La fatigue gagne, sans le sommeil réparateur rendu impossible par l’entassement des corps... A l’arrivée dans les gares allemandes... c’est comme un vrai soulagement que de sortir enfin des wagons, de ces bouges où l’on étouffe et qui puent de toutes les odeurs laissées par la cohabitation forcée des hommes pendant deux à trois jours sans sortir... On respire, les corps se détendent... Sur les quais des gares vides, hurlements gutturaux, coup de crosse et menaces pour presser le mouvement ; les Allemands rassemblent à nouveau en colonnes les captifs. Ils traversent à pied les rues d’une ville, étrangère cette fois, encadrés de gardiens en armes...".

Lorsqu’ils prennent Dunkerque le 4 juin, les Allemands ont déjà fait 1,2 million de prisonniers alliés.
 


Lorsque le maréchal Pétain signera l’Armistice le 22 juin à Compiègne, le reste de l’armée française sera faite prisonnière. Jérémy Brunet, soldat originaire de Buysscheure près de Cassel, fera partie de ces nouveaux captifs. Son unité de dragons à cheval restera invaincue mais encerclée près de Toul en Lorraine, elle recevra l’ordre de se rendre, le 22 juin.
 

Juin 1940 : le vétéran nordiste Jérémy Brunet raconte la reddition des troupes françaises à Toul


"On a toujours reculé mais on n’a jamais été pris au combat", insistera-t-il. "C’est pour ça qu’on disait "On n’est pas prisonniers". Mais ce sont les exigences du vainqueur qui comptent et les vainqueurs, c’étaient les Allemands, malheureusement c’était comme ça. A notre arrivée à Toul, il y avait deux lignes de sentinelles, baïonnette au canon. Tous les 2 mètres il y avait un soldat des deux côtés. On devait rentrer comme ça avec nos chevaux entre les Allemands. On était désarmés. C’était dur. Les Allemands ont pris le cheval du capitaine, il avait un beau cheval. Alors, il a pris un autre cheval, il y a en avait sans bonhomme dessus".

Jérémy Brunet passera sa captivité dans un Stalag en Pologne. Il rentrera à Buysscheure en avril 1945.
 

Jérémy Brunet prisonnier dans un commando de travail en Pologne (3e en partant de la droite, masqué par la pelle)
Jérémy Brunet prisonnier dans un commando de travail en Pologne (3e en partant de la droite, masqué par la pelle) © DR

 

Après la prise de Dunkerque, la bataille de France se poursuit


Lorsqu’ils prennent Dunkerque le 4 juin 1940, les Allemands ont perdu 21 000 soldats, morts ou disparus. Mais les combats ne sont pas terminés. Dès le 5 juin, la Wehrmacht s’attaque à la "ligne Weygand". Les Français se sont retranchés le long de la Somme, de l’Aisne et de l’Ailette.
 


L’armée allemande perdra encore 28 000 soldats (morts et disparus) en 18 jours, jusqu’à l’armistice du 22 juin. Les Français ont tiré les leçons des batailles de Lille et de Dunkerque. Désormais, ils s’organisent en "hérisson", laissant passer les Panzers et se défendant en îlots retranchés obligeant les Allemands à des combats difficiles pour en venir à bout.

Le 6 juin, le général de Gaulle fait son entrée au gouvernement.
 

Le général de Gaulle (2e en partant de la droite) lors de son entrée au gouvernement de Paul Reynaud (2e en partant de la gauche), en juin 1940.
Le général de Gaulle (2e en partant de la droite) lors de son entrée au gouvernement de Paul Reynaud (2e en partant de la gauche), en juin 1940. © STF / AFP


Le 16 juin, il propose à Churchill de fusionner la France et la Grande-Bretagne en une union politique franco-britannique pour continuer à lutter contre l’Allemagne. Churchill accepte, mais dans la soirée Pétain devient chef du gouvernement, suite à la démission de Paul Reynaud qui n’a pas réussi à obtenir l’aide des Américains.
 
Le 17 juin, Philippe Pétain est à la radio, il demande aux soldats français d’arrêter les combats.
 

Philippe Pétain, chef de l'Etat français, serrant la main d"Adolf Hitler à Montoire-sur-le-Loir le 24 octobre 1940.
Philippe Pétain, chef de l'Etat français, serrant la main d"Adolf Hitler à Montoire-sur-le-Loir le 24 octobre 1940. © INTERNATIONAL NEWS PHOTOS (INP) / AFP


Le lendemain, le 18 juin, depuis Londres et également à la radio, de Gaulle exhorte lui, à continuer la lutte.
 

Le général de Gaulle prononçant à la BBC son appel du 18 juin 1940.
Le général de Gaulle prononçant à la BBC son appel du 18 juin 1940. © BBC / AFP


Deux hommes du nord de la France, deux visions, deux destins différents...


► Notre série consacrée à la bataille de France dans le Nord et le Pas-de-Calais est désormais terminée. Rendez-vous demain pour un récapitulatif complet des 27 épisodes.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale culture histoire belgique international royaume-uni