Cet article date de plus de 5 ans

Agression de migrants à Loon-Plage : le parquet requiert le placement en détention des 7 suspects

Le parquet de Dunkerque va requérir la mise en examen et le placement en détention des sept hommes soupçonnés d'avoir agressé cinq migrants dans la nuit de mercredi à jeudi à Loon-Plage, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
Un groupe de migrants à Loon-Plage, fin janvier.
Un groupe de migrants à Loon-Plage, fin janvier. © MaxPPP
"Je vais ouvrir une information judiciaire du chef de violences en réunion et de participation à un groupement en vue de la préparation d'actes de violences volontaires contre des personnes", a indiqué Eric Fouard, procureur de Dunkerque. "Le parquet va requérir leur mise en examen et leur placement en mandat de dépôt. Ils vont être déférés cet après-midi devant un juge d'instruction", a-t-il précisé. Dans la nuit de mercredi à jeudi, à Loon-Plage près de Dunkerque, des policiers repéraient deux véhicules s'arrêtant dans une lande déserte, habituellement utilisée par des migrants du camp de Grande-Synthe pour tenter de monter dans des camions empruntant les car-ferries pour Douvres.

5 suspects originaires du Pas-de-Calais

Ces sept hommes "se rendaient dans un bosquet" alors que "plusieurs migrants sortaient de cette zone en courant", et déclaraient aux policiers présents sur les lieux "qu'ils se faisaient agresser par plusieurs personnes", selon le parquet. Parmi les cinq victimes, des Kurdes irakiens, deux ont dit avoir fui des hommes masqués, dont deux portaient des barres de fer. Trois autres victimes n'ont pas souhaité être entendues. Les agresseurs présumés, âgés de 24 à 47 ans, originaires du Pas-de-Calais pour 5 d'entre eux, de la région parisienne et de Bretagne, sont "clairement des sympathisants des mouvements anti-migrants à Calais", selon M. Fouard. Sur les lieux de l'agression, les policiers ont pu mettre la main sur deux barres de fer et en ont découvert une troisième dans l'un des véhicules, ainsi qu'une bombe lacrymogène.

"Il est établi que le mobile de la présence des agresseurs est clairement d'aller exercer des violences sur des migrants", a souligné M. Fouard. "On a l'audition d'un témoin qui travaillait dans un établissement à proximité disant que ces personnes sont venues le voir pour demander où étaient les migrants et qu'un de l'équipe a dit "on va aller leur taper dessus"", a-t-il ajouté. Cette arrestation survient alors qu'une information judiciaire a été ouverte début février par le parquet de Boulogne-sur-Mer après l'agression avec arme de trois Syriens fin janvier à Calais. Mais d'après le procureur de Dunkerque, rien ne prouve que les hommes arrêtés soient les auteurs de violences exercées contre des migrants dans la région de Calais, à une quarantaine de km de Dunkerque.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration