Confinement : un dunkerquois de 22 ans condamné à 2 mois de prison ferme après quatre contrôles sans attestation

À Dunkerque, un jeune homme de 22 ans a été condamné à deux mois de prison ferme pour ne pas avoir présenté d'attestation de sortie à quatre reprises pendant le confinement. 

Image d'illustration d'un contrôle d'attestation pendant le confinement.
Image d'illustration d'un contrôle d'attestation pendant le confinement. © IP3 PRESS/MAXPPP
Un jeune homme contrôlé à Dunkerque sans attestation pour la quatrième fois a été condamné le week-end dernier à deux mois de prison ferme, en sus de l'exécution de deux peines antérieures, et a été incarcéré, a annoncé la police sur Twitter.

Ce jeune homme, dont le casier judiciaire comporte 12 condamnations, a été contrôlé vendredi pour la quatrième fois dans la rue en quelques jours, sans pouvoir présenter d'attestation ou donner de justification à sa présence, a précisé le procureur de Dunkerque, Sébastien Piève. Il a été condamné à deux mois ferme pour ces violations des règles du confinement mais est parti en prison pour 14 mois en raison de la mise en application de deux peines de 6 mois antérieures.

Quatre personnes condamnées en une semaine à Dunkerque

Comme lors du premier confinement, les Français qui veulent prendre l'air, dans la limite d'une heure, faire des courses ou encore se rendre à leur travail, doivent se munir d'une attestation temporaire, sous peine d'une amende de 135 euros.

En cas de récidive dans les quinze jours, le montant de l'amende monte à 200 euros. Trois infractions en 30 jours font basculer vers un délit passible de 3.750 euros d'amende et six mois de prison. Si ces violations répétées restent relativement rares par rapport à la masse des contraventions, en une semaine, quatre personnes ont été condamnées dans le ressort du tribunal judiciaire de Dunkerque, a expliqué le procureur.

Outre le jeune homme incarcéré, deux personnes ont écopé de travaux d’intérêt général et une troisième, déjà condamnée pour violation du premier confinement au printemps et donc en état de récidive légale, a également été condamnée à deux mois de prison ferme.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 justice