Dunkerque : la police municipale se dote d'une brigade de nuit

Patrouille de nuit de la police municipale de Dunkerque. / © Lila Haffaf / France 3 Nord Pas-de-Calais
Patrouille de nuit de la police municipale de Dunkerque. / © Lila Haffaf / France 3 Nord Pas-de-Calais

Depuis le 1er juin à Dunkerque, des agents de la police municipale patrouillent dans la ville 24 heures sur 24. Dunkerque est la seule ville du Nord avec Valenciennes à bénéficier d'un tel dispositif.
 

Par YF avec Lila Haffaf

Les trois équipes de nuit de la police municipale de Dunkerque entament leur service à 21h. Elles vont sillonner la ville jusqu'au petit matin pour repérer les comportements suspects et inspecter les lieux de vie nocturne comme les bars ou les commerces de vente à emporter.

"C'est vrai que les nuits peuvent parfois être très longues", reconnaît le chef de service Stéphane Pichon. "Mais parfois, comme samedi dernier, on a eu une vingtaine d'interventions. Ce qui fait qu'à 5h du matin, on lève la tête et on s'aperçoit que c'est bientôt la fin de service."
 
Dunkerque : la police municipale se dote d'une brigade de nuit
Reportage de Lila Haffaf et Flavien Bellouti.

Pour créer cette brigade de nuit, la police municipale de Dunkerque a dû recruter de nouveaux agents comme le brigadier El Hany, une femme qui a déjà huit ans d'expérience de patrouille nocturne en région parisienne. "Notre activité est beaucoup plus variée qu'en journée et peut-être un peu plus dangereuse", estime-t-elle. "Il y a ce côté adrénaline qu'on retrouve peut-être moins en journée".
 

Vidéo-protection


La nuit dernière, il a fallu attendre minuit pour la première intervention. Un homme dévêtu, alcoolisé, à tendance suicidaire, menace de plonger dans le Bassin de la Marine. Il saute. Les policiers doivent lui porter secours. "Là, il va être ausculter au centre hospitalier. Un médecin va vérifier s'il doit être hospitalisé ou s'il peut être mis en dégrisement", explique Stéphane Pichon.

Cette intervention a été rendue possible grâce à la surveillance des agents de vidéo-protection. Mobilisés eux-aussi pendant toute la nuit, ils observent les images des 70 caméras disséminées dans la ville. "Ce sont des images qui peuvent être transmises sur réquisition judiciaire à la police nationale qui, elle, les exploite pour incriminer les individus", détaille Pascal Desuert, le directeur de la police municipale de Dunkerque.

Cette brigade de nuit est amenée à s'étoffer. D'ici le mois d'octobre, les effectifs seront doublés et les équipements améliorés.
 

Sur le même sujet

Les + Lus