Vendée Globe: Thomas Ruyant, toujours 2ème , revient sur sa montée dans le mât." Elle m'a coûté beaucoup d'énergie..."

Ce mardi matin, le Dunkerquois Thomas Ruyant a fait le point sur sa course lors de la vacation radio de 5 heures. Le Dunkerquois, sur "LinkedOut" est touijours 2ème derrière Charlie Dalin ("ApiviaVoilel"). Il a notamment donné des détails sur la réparation qui l'a obligé à monter en tête de mât.
Thomas Ruyant a dû monter en haut du mât de 28 mètres pour réparer.
Thomas Ruyant a dû monter en haut du mât de 28 mètres pour réparer. © Pierre Bouras/ TR Racing
"Elle m'a coûté pas mal d'énergie", a ainsi confié le skipper de "LinkedOut" d'une voix posée, lors de cette liaison téléphonique."Je m'en remets doucement car ce n'était pas une montée facile.(...) J'ai eu un problème de drisse de tête en début de course. Je n'avais plus qu'une drisse et il fallait absolument que je monte."
Conséquence sur la course:" c'est à ce moment-là que je perds beaucoup sur Charlie (Dalin). Je passe toute une nuit avec une petite voile parce que je ne peux pas mettre autre chose. J'ai tenté aussi une montée au mât dans la nuit, mais c'était trop compliqué. Sans grand'voile, le bateau n'est pas stabilisé. De monter au mât avec un peu de toile, ça permet aussi de caler le bateau; ça bouge moins... J'ai dû m'y reprendre à deux fois . Une montée comme cela, ce n'est pas évident, même si ce sont des choses qu'on prépare en amont."

J'essaye de ne pas faire de bêtises...

Thomas Ruyant, mardi

" J'ai un super système pour pouvoir monter", a poursuivi le marin nordiste."Mais une montée avec déjà quinze jours de course dans les pattes, ce n'est pas comme la veille du départ aux Sables où on est au top de sa forme. On sent qu'on a déjà laissé de l'énergie sur l'eau. On sent que dans toutes les manoeuvres, c'est un petit peu plus long... Je prends plus de temps; j'essaye de ne pas faire de bêtise, et puis voilà. Mais la route est encore longue..."
Au classement de 8 heures ce mardi matin, Thomas Ruyant pointait toujours en 2ème position, à 36 milles nautiques, soit 68km de Charlie Dalin. Mais "LinkedOut" (9,23 noeuds) avançait plus vite que "ApiviaVoile" et reprenait donc du terrain.
"Il y a a un écart important sur le reste de la flotte", constatait-il."C'est vrai que c'est confortable 2ème du Vendée Globe avec un petit matelas d'avance. Mais on n'est pas encore entré dans l'Océan Indien. On n'est donc encore loin du but".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile