VIDEO. Dunkerque : le Duchesse Anne se transforme en salle de classe pour les élèves en décrochage

Vous rêviez de passer une journée à bord du Duchesse Anne ? Ces enfants font mieux que ça. Ils embarquent chaque matin pour une croisière pédagogique. Le vieux gréement reste à quai à Dunkerque cette semaine pour se reconvertir en salle de classe.
Chaque matin, ces élèves de Dunkerque embarquent à bord du gréément de la Duchesse Anne qui pendant une semaine se convertit en salle de classe.
Chaque matin, ces élèves de Dunkerque embarquent à bord du gréément de la Duchesse Anne qui pendant une semaine se convertit en salle de classe. © FRANCE 3 NORD PAS-DE-CALAIS
Chaque matin, des enfants, scolarisés dans la région de Dunkerque, embarquent à bord du vieux gréement La Duchesse Anne pour une croisière pédagogique. Dans le salon du capitaine, un cours de géographie prend place et l'entrepont se transforme en atelier du parfait moussaillon. 
Vacances apprenantes à Dunkerque.
Honoré a 9 ans et s'apprête à passer en CM1. Cette semaine, lui a permis d'apprendre le morse, mais aussi "les mots qu'il ne faut pas prononcer sur un bateau comme 'lapin' et 'corde'". 

Le cadre a été choisi pour motiver les élèves. Le pari est réussi pour Hanna, 8 ans, qui fera elle aussi sa rentrée scolaire en CM1 : "C'est amusant de savoir qu'on est sur l'eau et dans un bateau très vieux."

Une nouvelle session prévue à la mi-août

À la fin des deux semaines, les enfants pourront repartir avec un carnet de bord. Pour ces enfants en rupture scolaire depuis la crise sanitaire, ces "vacances apprenantes" sont un moyen de faire l'école autrement.

Seuls 25 % des élèves des quartiers prioritaires de Dunkerque sont retournés en classe. Estelle Ryckelynck, enseignante remplaçante dans la circonscription de Dunkerque, juge ce séjour nécessaire : "Certaines familles ont peu suivi les devoirs envoyés. Les parents ne pouvaient pas forcément être derrière, certains étaient en télétravail. Travailler de manière beaucoup plus ludique, avec des activités culturelles l'après-midi, leur permet d'apprendre autrement." Totalement gratuites, ces classes n'ont, pour l'instant, refusé aucune famille. Au total, 180 enfants vont bénéficier de ce dispositif en juillet, qui sera reconduit, pour une nouvelle session de quinze jours, mi-août. 

Ce dispositif a été pensé par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et Gabriel Attal, secrétaire d'Etat à la jeunesse. Au niveau national, 200 millions d'euros ont été débloqués pour atteindre un million d'enfants avec ce dispositif. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société déconfinement