Herlies : environ 300 manifestants contre l'installation d'entreprises dans le parc d'activités

Depuis l'annonce de l'installation de deux entreprises sur la zone d'activités des Hauts champs, les Herlillois ne décolèrent pas. Ce samedi matin, près de 300 d'entre eux ont manifesté dans le village pour la conservation des terres agricoles.

Les habitants d'Herlies se sont mobilisés ce samedi matin contre la zone industrielle qui devrait se développer dans leur ville.
Les habitants d'Herlies se sont mobilisés ce samedi matin contre la zone industrielle qui devrait se développer dans leur ville. © Maxime Midière
"Non à la zone industrielle d'Herlies", pouvait-on lire sur la pancarte des manifestants. Ce samedi 17 février, environ 300 personnes se sont réunies à Herlies et se sont mobilisées contre l'installation d'une zone industrielle à proximité de la piscine des Weppes, d'après la porte-parole de l'association "Herlies dynamisme et ruralité". 

Deux entreprises en face de la piscine


L'implantation d'entreprises dans ce parc d'activités, situé à l'entrée du village, avait été annoncé par la maire, Marie-Françoise Auger, vendredi 12 janvier comme le racontent nos confrères de la Voix du Nord. Un projet qui ne passe pas auprès de certains Herlillois.

Farouchement opposés à l'implantation d'entreprises sur la zone des Hauts-Champs, ces derniers ont monté leur association afin de défendre la zone autour de la piscine des Weppes. 

"Actuellement il n'y a rien autour de la piscine, explique Audrey Bernard, en charge de la communication de "Herlies, dynamisme et ruralité", et on a appris que deux entreprises vont s'installer juste en face". Ce n'est pas tant l'arrivée d'entreprises qui gêne les habitants, mais plutôt leur nature. Pour Audrey Bernard, c'est le choix de Vandenbulcke (produits de boulangerie) et Recynov (gestion de déchets) qui est dommageable : "Nous savons que Recynov aura un brumisateur et sera très polluante, quant à Vandenbulcke nous avons appris que 29 quais de déchargement seraient prévus, juste en face de la piscine."


"Conserver la ruralité"


Autre inquiétude des Herlillois : l'augmentation du trafic routier dans le village. "Vandenbulcke est une entreprise de boulangerie, leurs livraisons ont lieu le matin. Elles commencent à 6 heures du matin, et jusque 13 heures, anticipe Audrey Bernard. Herlies est déjà un village avec beaucoup de passage, ça risque d'empirer. Nous, on veut conserver la ruralité d'Herlies"

L'association a également lancé une pétition qui compte près de 1700 signataires à ce jour. Contactées par France 3 Hauts-de-France, les deux entreprises concernées et la mairie d'Herlies n'ont pas pu nous répondre dans l'immédiat. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social