INTERVIEW. Coronavirus : la rectrice de l'académie de Lille explique comment est gérée la rentrée de ce 2 mars

Valérie Cabuil, rectrice de l'académie de Lille. / © FRANCE 3 NORD-PAS-DE-CALAIS
Valérie Cabuil, rectrice de l'académie de Lille. / © FRANCE 3 NORD-PAS-DE-CALAIS

Alors que le virus Covid-19 s'est installé sur le territoire et que des mesures spécifiques sont prises pour les rentrées scolaires dans les départements de l'Oise, du Morbihan et de la Haute-Savoie, qu'en est-il dans l'académie de Lille ? La rectrice Valérie Cabuil répond à nos questions. 

Par TM / LN / AM

Aucune mesure généralisée contre la propagation du coronavirus n'est pour l'instant prise dans les établissements scolaires du Nord et du Pas-de-Calais, même si des élèves ont été refoulés lors de la rentrée de ce lundi 2 mars, dans une école lilloise. Ils revenaient de Haute-Savoie, département où sont concentrés des cas avérés de coronavirus, tout comme l'Oise et le Morbihan.

 

Ce lundi 2 mars, les 442 000 élèves de primaire et 368 000 élèves de secondaire de l'Académie de Lille ont donc presque intégralement fait leur rentrée normalement.

"Avant le week-end, on avait fait passer un message comme quoi les jeunes qui avaient été dans des zones à risques ne devaient pas se rendre dans les établissements scolaires, mais depuis nous sommes passés en stade 2 de l’épidémie, avec un virus qui est maintenant sur notre territoire, explique la rectrice Valérie Cabuil. Et donc il n’y a plus lieu d’empêcher les enfants qui seraient revenus de l’étranger d’être dans les établissements scolaires", poursuit-elle.
 
Coronavirus : la rectrice de l'académie de Lille explique comment est gérée la rentrée de ce 2 mars


Quelles mesures dans les établissements ?


"Les mesures de précaution sont normalement affichées dans tous les établissements. Ce sont des mesures assez simples, et que finalement nous devrions avoir tous les hivers quand nous avons une épidémie de grippe.

C’est le lavage des mains, le port du masque en revanche n’est pas préconisé, éternuer ou moucher en protégeant les autres, utiliser des mouchoirs jetables… Finalement, des mesures de bon-sens en cas d’épidémie de grippe, comme on en a tous les ans et qu’il faut donc appliquer strictement maintenant dans le cas présent
"
Les mesures et recommandations pour les établissements scolaires et personnels sont mises à jour au gré de la progression du virus.
 


Qu'en est-il des voyages scolaires ?


"La situation est maintenant très claire : tous les voyages scolaires à l’étranger sont interdits, et ceux qui iraient vers les zones identifiées comme « clusters » (foyers) en France. Pour les voyages en cours, on rapatrie les enfants. Nous avons même été amenés à dire à des gens qui partaient ce dimanche de faire demi-tour et hélas, les jeunes n’ont pas pu se rendre en voyage scolaire".
 


Que se passe-t-il en cas de fermetures d’établissements


"Quand il y a un élève qui est empêché de se rendre en cours, on fait comme si il avait une varicelle… Toute l’équipe pédagogique est là pour assurer la continuité pédagogique pour cet élève. Si on devait être amené à fermer des établissements, nous avons une plateforme d’enseignement à distance qui est activée. Elle permet d’avoir une offre qui va de la grande section jusqu’au bac, et qui va permettre d’assurer la continuité pédagogique".


Comment l'académie gère l'évolution permanente de cette crise ?


"C’est une grosse machine, mais assez ordonnée. Nous avons l’habitude des gestions de crises, comme les attentats il y a quelques années… C’est quelque chose qu’on travaille régulièrement dans notre ministère.

Donc l’idée est de communiquer le plus vite possible auprès des établissements. Evidemment c’est moins facile les week-ends qu’en semaine, mais nos chefs d’établissements et directeurs d’écoles sont habitués à suivre leur messagerie électronique. L’outil numérique est particulièrement important dans ces situations
".


Comment les parents d'élèves sont informés ?


"Les établissements communiquent avec les parents via les ENT (espaces numériques de travail, ndlr), certains via des SMS. Donc nous avons tous ces outils à disposition, également des outils d’affichage… On essaie de communiquer par tous les moyens possibles.

Il faut inciter les parents à consulter l’ENT s’ils ont la moindre question à adresser à leur établissement, ou regarder le site académique. On a un numéro vert également (0 800 130 000), pour le côté pédagogique, ou regarder le site du gouvernement

Pour les personnes qui sont moins à l’aise avec le numérique, ne pas hésiter à regarder l’affichage dans les établissements, ou à appeler l’établissement pour avoir les renseignements nécessaires
".

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus